Le service de santé personnel de Napoléon

par Xavier Riaud (*), FINS



 

La santé de Napoléon le préoccupait au plus haut point. Las Cases relate avec de grands détails son hygiène bucco-dentaire irréprochable. Dubois-Foucou n’aura pour seule charge que celle de pratiquer des nettoyages (détartrages) réguliers dans sa bouche (Las Cases, 1822 ; Lamendin, 2000). Ses problèmes d’hémorroïdes récurrentes très fréquentes chez des cavaliers habitués à de longues chevauchées sont également connus. Le matin même de Waterloo (18 juin 1815), il était en soins pour ce désagrément (Mason, 2010). Convaincu du fameux adage : « Qui veut aller loin, ménage sa monture », il avait établi un service de santé personnel aménagé sur le même mode que les anciens rois de France. C’est-à-dire un service directement rattaché à sa personne et qui le suivait partout, aussi bien en campagnes militaires autant que faire se peut, que dans ses diverses résidences. Ainsi, est-ce le cas de Cadet de Gassicourt par exemple (Riaud, 2010). La Maison de l’Empereur disposait donc de différents services qui étaient placés sous différentes autorités comme le Grand aumônier, le Grand chambellan, le Grand maréchal du palais, le Grand écuyer, le Grand veneur, le Grand maître des cérémonies, l’Intendant général de la couronne et le Trésorier général de la couronne. Le service de santé personnel de l’Empereur est, quant à lui, placé sous la tutelle de l’Intendant général de la maison qui n’est autre que Charles Pierre Claret de Fleurieu (1738-1810) en 1805, puis Pierre Antoine Noël Bruno Daru (1767-1829) en 1808 associé à Louis Costaz (1767-1842) en 1810, selon les Almanachs impériaux écrits de 1805 à 1813, les dates mentionnées pour ces trois personnages n’étant que celles où ils sont cités pour la première fois dans ces fameux registres et pas celles de leur nomination à ce poste.

Charles Pierre Claret de Fleurieu était un explorateur, un hydrographe, un homme politique français, ministre de la marine sous Louis XVI (1790) et membre de l’Institut de France. Grand officier de la Légion d’honneur en 1805, il est fait comte d’Empire en 1808 ( http://fr.wikipedia.org, 2010).

Pierre Antoine Noël Bruno Daru est fait comte d’Empire en 1809. En 1813, il est nommé Grand aigle (croix) de la Légion d’honneur. Pair de France en 1819, il est membre de l’Académie française depuis 1806 et membre libre de l’Académie des Sciences en 1828 ( http://fr.wikipedia.org, 2010).

Louis Costaz est élevé au rang de baron d’Empire en 1809. Membre de la Légion d’honneur, c’est un polytechnicien de formation qui participe à l’expédition d’Egypte. Préfet de la Manche, puis du nord, il dirige les Ponts-et-Chaussées (1813-1814) (http://fr.wikipedia.org, 2009).

 

Service de Santé de la Maison de l’Empereur (Almanachs impériaux, 1805-1813 ; Pouliquen, 2007) :

Premier médecin

Médecin ordinaire

Jean-Nicolas Corvisart (1805)

Hallé (1805)

Médecin de l’infirmerie et de la Maison impériale

Lanefranque (1806)
Leclerc (1806) >> Son nom n’apparaît plus dans les almanachs à partir de 1809.
Guilloneau (1806)
Lerminié (1809)
Bayle (1809)

Médecins consultants

Paul Joseph Barthez (1806) >> Son nom n’apparaît plus dans les almanachs à partir de 1807.
Lepreux (1806)
Malouët (1806)
Pinel (1806)
Andry (1809)

Premier chirurgien

Chirurgien ordinaire

Alexis Royer (1805)

Alexandre Urbain Yvan (1805)

Chirurgien de l’infirmerie et de la Maison impériale

 

Horeau (1806)
Varelliaud (1806)
Ribes (1808)
Jouan (1808) >> Son nom n’apparaît plus dans les almanachs à partir de 1809.
Lacournère (1809)

Chirurgiens consultants

Lassus (1806) >> Son nom n’apparaît plus dans les almanachs à partir de 1809.
Pelletan (1806)
Pierre François Percy (1806)
Sabatier (1806)

Chirurgien adjoint en
survivance

 

Jouan (1809)

Chirurgien d’habitation à Saint-Cloud et aux autres lieux circonvoisins

 

Lassoujade (1809)

Premier pharmacien

 

Nicolas Deyeux (1806)

Pharmacien ordinaire

Charles Louis Cadet de Gassicourt (1806)
Clarion (1806)
Bouillon-Lagrange (1808) >> Son nom n’apparaît plus dans les almanachs à partir de 1809.
Rouyer (1809)

Médecin oculiste

De Wenzel (1806)

Chirurgien-dentiste

Jean-Joseph Dubois-Foucou

Chirurgien-bandagiste

 

Ronsil (1809) >> (Almanachs impériaux, 1805-1813 ; Pouliquen, 2007).

Alexandre-Urbain Yvan (1765-1839), chirurgien ordinaire de l’Empereur en 1805, chirurgien-major des grenadiers de la Garde impériale, chirurgien en chef de l’hôtel impérial des Invalides et baron d’Empire à partir du 31 juillet 1810, ne sera jamais reçu par l’Empereur pendant les Cent-Jours. En effet, lorsque Napoléon tente de se suicider à Fontainebleau, le chirurgien ordinaire a préféré s’enfuir. Napoléon ne lui pardonnera jamais (Goldcher, 2010). Pourtant, Yvan reste le chirurgien qui l’a correctement soigné le 23 avril 1809, pendant la bataille de Ratisbonne, lorsque l’Empereur a été blessé au talon par une balle, pour la seule et unique fois au cours de toutes ses campagnes militaires (Gautherot, 1810).

 

Exemple de l’Almanach impérial de 1810  :

INTENDANCE GENERALE DE LA MAISON

M. le Comte DARU (C. Légion d'Honneur), Conseiller d'Etat, Intendant général
M. le Baron COSTAZ, Légion d'Honneur, Intendant des Bâtimens de la Couronne.

***

SERVICE   DE   SANTE

Médecins.
M. le Baron de Corvisart (O. Légion d'Honneur) Premier Médecin.
M. le Chevalier Hallé, Légion d'Honneur, Médecin ordinaire.

Médecin par Quartier
M. Lanefranque.
M. Guillonneau.
M. Lerminier.
M. Bayle.

Médecins consultans.
M. Malouët.
M. Lépreux, Légion d'Honneur.
M. Pinel, Légion d'Honneur.
M. Andry.

Chirurgiens.
M. le Baron Boyer, Légion d'Honneur, Chirururgien.
M. le Baron Yvan (O. Légion d'Honneur) Chirurgien ordinaire.

Chirurgiens par quartier.
M. Horeau.            M. Lacournère.
M. Vareillaud        M Ribes *.
M.. Jouan, Légion d'Honneur,  Chirurgien adjoint en survivance
M. Lassoujade, Chirurgien d'habitation à Saint-Cloud et lieux circonvoisins.
M. De Wenzel, Médecin-oculiste

Chirurgiens consultans.
M.Pelletan, Légion d'Honneur.                M. Sabatier, Légion d'Honneur.
M. Percy (C. Légion d'Honneur).             M. Dubois.
Chirurgien-dentiste.       M. Dubois.
Chirurgien-bandagiste,  M. Ronsil.

Pharmaciens.
M. Deyeux, premier pharmacien
Pharmaciens Ordinaires.
M  Clarion,
M. Cadet,
M. Rouyer,

 

Les Noms des Fonctionnaires publics, membres de la Légion d'honneur, sont, dans l'Almanach, suivis de ce signe, Savoir:
Les Grands Officiers décorés du Grand Aigle, (G. A. Légion d'Honneur). Les Grands Officiers, (G. Légion d'Honneur). Les Commandans, (G. Légion d'Honneur). Les Officiers, (O. Légion d'Honneur). Et les Chevaliers, (Légion d'Honneur).

 

Références bibliographiques  :

Almanachs impériaux, Testu & Cie imprimeurs, Paris, 1805 à 1813.

De Las Cases Emmanuel, Mémorial de Sainte-Hélène, Le Grand Livre du Mois (éd.), Tome IV, Paris, 1999, pp. 64-119 (réédition de la première version de 1822).

Gautherot Pierre (1769-1825), Napoléon Ier, blessé au pied devant Ratisbonne, est soigné par le chirurgien Yvan, 23 avril 1809, tableau exposé au château de Versailles et de Trianon, 1810.

Goldcher Alain, Autopsie commentée de Napoléon Bonaparte, communication personnelle, Saint-Maur-des-Fossés, 2010, 218 p.

http://fr.wikipedia.org, Charles Pierre Claret de Fleurieu , 2010, pp. 1-6.

http://fr.wikipedia.org, Louis Costaz, 2009, p. 1.

http://fr.wikipedia.org, Pierre Antoine Noël Bruno Daru , 2010, pp. 1-6.

Lamendin Henri, Napoléon, des dentistes et l’Histoire..., in Le Chirurgien-Dentiste de France, 6-13/01/2000 ; 966/967 : 66-71.

Mason Phil, Les hémorroïdes de Napoléon, De l’Opportun (éd.), Paris, 2010.

Pouliquen Thierry, « Maison de l’Empereur Napoléon », in http://thierry.pouliquen.free.fr, 2007, pp. 1-6.

Riaud Xavier, « Charles-Louis Cadet de Gassicourt (1769-1821), le pharmacien de l’Empereur », in http://www.napoleonicsociety.com, 2010, pp.1-3.

 

(*) Docteur en Chirurgie Dentaire, Docteur en Epistémologie, Histoire des Sciences et des Techniques, Lauréat et membre associé national de l’Académie nationale de chirurgie dentaire.

 

Retour à la rubrique

MÉDECINE SOUS L'EMPIRE