L’ORDRE DE LA COURONNE DE FER

Par Pierre Migliorini, FINS

 

Alors qu’en 2012 a été commémoré le bicentenaire de la Campagne de Russie, nous nous proposons d’évoquer la mémoire du maréchal Ney. En effet, comment parler de cette campagne et en particulier de la terrible retraite, sans avoir à l’esprit la conduite héroïque du maréchal : le 18 octobre 1812, sur ordre de Napoléon, une immense colonne de 140 000 hommes se met en route, 100 000 combattants marchant en tête, avec armes et bagages, bientôt suivis par une horde désorganisée, éparpillée sur une longueur infinie, encombrée de chariots débordant de butin… Une route au sud est choisie, mais Koutousov devance la Grande Armée le 24 octobre à Malo-Jaroslawetz contraignant la Grande Armée à reprendre l’ancienne route de Smolensk déjà totalement dévastée à l’aller !


Fin octobre et début novembre, la situation s’aggrave encore quand les dépôts de Minsk et de Vitebsk sont pris par l’ennemi… Enfin, une vague de froid en avance de trois semaines sur la normale, s’abat sur la région, amenant des températures de moins 25 degrés ! Affamées, harcelées par les Cosaques, tétanisées par le froid, les troupes réduites maintenant à 50 000 hommes, atteignent péniblement Smolensk mi-novembre. Là, les magasins ayant été pillés, Napoléon doit se résoudre à ne pas rester et à poursuivre la retraite au sud par les villes d’Orcha, Borisov et Smorgoni.


Koutousov, après avoir laissé passer la Garde, surprend nos troupes à Krasnoé le 16 novembre ; le prince Eugène se dégage avec difficulté, mais Ney et Davout sont bloqués à l’arrière… Napoléon revient sur ses pas à la tête de la Garde, aidant le corps de Davout à traverser les lignes ennemies, tandis que Ney reste piégé avec 7 000 hommes face aux 50 000 Russes de Koutousov ; à ce moment là, Ney est considéré perdu ! Néanmoins, au prix de lourdes pertes, il parvient à échapper à l’ennemi, traversant le Dniepr gelé, combattant encore contre les troupes de Platov pour finir par rejoindre le gros de l’armée sur la route d’Orcha.



Portrait du maréchal Ney, par Gérard.
Outre les insignes de la Légion d’honneur,
Ney porte ici la Couronne de fer bien visible avec
son ruban orangé et vert. Photographie de la vente du 20 juin 2012.
Étude Binoche et Giquello.


La retraite d’une armée maintenant réduite à moins de 25 000 hommes se poursuit jusqu’à Borisov, point de franchissement obligé de la Bérézina, où le pont a été incendié par les Russes… Seuls le génie militaire de Napoléon, qui feint une traversée à Borisov, et l’immense courage des pontonniers du général Éblé, qui dans l’eau glacée établissent deux ponts à Studianka dans une zone non surveillée, permettront le passage des quelques milliers d’hommes encore disciplinés, les autres étant abandonnés à la faim, au froid et aux troupes de Koutousov. La retraite peut continuer en direction de Smorgoni puis de Vilna. Le 4 décembre Ney, à la tête de l’arrière-garde, livre encore un combat à Molodcezno.




Véritable image d’Épinal de la retraite de Russie,
Ney l’arme à la main…


Le 5 décembre, suite à la conspiration du général Malet, Napoléon quitte l’armée pour rejoindre Paris ; il laisse le commandement de l’armée à Murat. Enfin, Vilna est atteinte le 9 décembre, alors que la température descend à moins 30 degrés. Dans la confusion générale, Murat ne cherche même pas à défendre cette place ou à arrêter le pillage ! A Kowno, le 12 décembre, il est décidé que l’armée se retirera sur Königsberg, tandis que Ney et le général Gérard resteront à Kowno pour protéger la retraite. Le Niémen est traversé le 14 décembre par une poignée de survivants… « Après la sortie de Vilna, écrit le Comte de Ségur, Ney traverse Kowno et le Niémen, toujours combattant, reculant et ne fuyant pas ; marchant toujours après les autres, et pour la centième fois depuis quarante jours et quarante nuits, sacrifiant sa vie et sa liberté pour sauver quelques Français de plus. Il sort enfin de cette fatale Russie, montrant au monde l’impuissance de la fortune contre les grands courages, et que, pour le héros, tout tourne en gloire, même les plus grands désastres ».

Le maréchal Ney, héros de la Campagne de Russie, a été largement évoqué le 20 juin 2012, lorsque les commissaires-priseurs Binoche et Giquello, ont dispersé des souvenirs du maréchal et de ses descendants. Dans cette vente, portraits, armes et uniformes côtoient quelques décorations exceptionnelles telles que plaque et insigne de Grand Aigle de la Légion d’honneur ! Plus modestes, mais particulièrement émouvants, deux insignes de chevalier de la Couronne de fer, ont attiré mon attention : l’un du modèle du 1er type, légèrement réduit porte la devise de l’ordre, en abrégé « DIO.M.L.D.G.A.C.L.T », tandis que l’autre, miniature du 2ème type, porte la devise intégrale « DIO ME LA DIEDE GUAI A CHI LA TOCCHERA », devise reprenant la célèbre phrase prononcée par Napoléon lui-même lors de son sacre à Milan le 26 mai 1805.


Les insignes de l’Ordre de la Couronne de fer ayant
appartenu au maréchal Ney. Photographie de la
vente du 20 juin 2012. Étude Binoche et Giquello.

Mais qu’est donc cette Couronne de fer, que nombre d’officiers, de généraux et Napoléon 1er lui-même, portaient fièrement sur la poitrine, souvent à côté de la Légion d’honneur ?


Pour comprendre son origine, il faut remonter aux campagnes de 1797 et 1800 au cours desquelles l’Autriche, vaincue, a dû renoncer à ses possessions du nord de l’Italie. Ces territoires, comportant entre autres la Lombardie, sont alors réunies pour former la République cisalpine, devenue République italienne. Bonaparte, alors Premier consul, se contente d’un titre de Président de la République italienne, jusqu’à ce que le sénatus-consulte du 18 mai 1804 le fasse Empereur des Français… L’incompatibilité des titres saute alors aux yeux, et la création d’un royaume est alors décidée. Napoléon, soucieux de ne pas inquiéter l’Autriche, en affichant un accroissement de sa puissance propose la couronne à son frère Joseph, qui la refuse par crainte de perdre son rang dans la succession à l’Empire. Louis la refuse aussi pour son fils que Napoléon est prêt à adopter… L’Empereur doit finalement se résoudre à prendre lui-même cette couronne et est proclamé Roi d’Italie par le statut constitutionnel du 17 mars 1805. Lors du couronnement, le 26 mai 1805 dans la cathédrale de Milan, Napoléon porte les ornements royaux : manteau vert, sceptre sommé du lion ailé de Venise, main de justice et couronne de lauriers d’or. Il saisit la Couronne de fer lombarde (1), la tient quelques secondes au-dessus de sa tête, disant : « Dieu me la donne, gare à qui la touche ». Le signe est fort : avant lui, le dernier souverain à avoir porté cette couronne était Charles Quint !


Cherchant un appui de son pouvoir auprès des élites locales, Napoléon décide de fonder l’ordre de la Couronne de fer. Il en étudie personnellement le dessin qui est décrit dans le 3ème statut constitutionnel du 5 juin 1805 : « La décoration de l'ordre consistera dans la représentation de la couronne lombarde, autour de laquelle seront écrits ces mots : « Dieu me l'a donnée, gare à qui y touchera ». Cette décoration sera suspendue à un ruban de couleur orange, avec lisière verte ».


Dès sa création, l’ordre comporte trois catégories : vingt dignitaires, cent commandeurs et cinq cents chevaliers, quantités qui seront augmentées par le décret impérial du 19 novembre 1807 de quinze dignitaires, cinquante commandeurs et trois cents chevaliers. En outre, l'Empereur décide que deux cents places de chevaliers, vingt-cinq de commandeurs et cinq de dignitaires, soient affectées pour la première formation, aux officiers et soldats français qui ont pris une part glorieuse aux batailles dont le succès a le plus contribué à la formation du royaume d’Italie. Il est également précisé que  « Les Rois d'Italie seront grands maîtres de cet Ordre. Néanmoins, l'Empereur et Roi Napoléon, en sa qualité de fondateur, en conservera, sa vie durant, le titre et les fonctions, dont ils ne jouiront qu'après lui »


En pratique, l'insigne est constitué d’une couronne à dix pointes surmontée de l'aigle napoléonienne. La couronne, en émail bleu, arbore en son centre le profil de Napoléon en or. Sur la décoration dite de deuxième type, les pointes de la couronne sont pommetées (2). Le soubassement de la couronne, porte la devise de l’ordre, soit en français soit en italien selon la nationalité du récipiendaire.



Couronne de fer du 1er type.
Vente Thierry de Maigret du 23 novembre 2012, lot 397.
Photographie Étude Thierry de Maigret.

 



Couronne de fer du 2ème type, à pointes pommetées.
Vente Thierry de Maigret du 23 novembre 2012,
lots 398 et 399. Photographie Étude Thierry de Maigret.


Trois Couronne de fer du 2ème type à légende italienne.
Celle de gauche est d'un modèle exceptionnel dans ses dimensions,
celle du centre est du modèle classique,
et celle de droite légèrement réduite,
comme celle portée par l'Empereur quotidiennement.
Photographie Jean-Christophe Palthey, expert www.phaleristic.com


Les chevaliers portent au côté gauche un insigne en argent, les commandeurs de même mais l’insigne est en or. Pour les dignitaires, le port prévu au cou et en sautoir, n’est pas respecté : ils réclament un cordon à porter en écharpe ; ils l’obtiennent, dans un premier temps bordé de trois couronnes,  puis fin 1806 sans les couronnes mais complété d’une plaque et du port de l’insigne des commandeurs.

 

À la chute de Napoléon en avril 1814, le chef de l’archimaison d’Autriche devenu roi de Lombardie et de Vénitie, ne supprime pas l’Ordre de la Couronne de fer, bien que la tentation soit grande de laver les affronts passés… Mais on trouve des Italiens et des Autrichiens au sein de l’Ordre. Dans un premier temps, il est mis en sommeil, puis une décoration de remplacement est créée.



Insigne de remplacement, avec l’aigle bicéphale
symbole de l’Empire d’Autriche. Collection J. D.

LE COIN DU COLLECTIONNEUR :
Le thème des décorations est pour le collectionneur, un sujet très intéressant ; pour ce qui est de la Couronne de fer en particulier, la difficulté vient du prix élevé de cette décoration…

 

  • Collectionneur débutant : le collectionneur débutant aura du mal à acquérir une Couronne de fer. Il faudra se contenter de jetons hexagonaux gravés par Droz et exécutés lors de la fondation de l’Ordre. On en trouve en bronze ou en argent à partir de 200 €.

 



Jetons de création de la Couronne de fer. Collection J. D.

 

  • Collectionneur confirmé : le passionné mettra des moyens supérieurs et pourra s’offrir une Couronne de fer d’époque 1er Empire : il faut compter au minimum 4000 €. Il faut se méfier des copies, en particulier, la partie basse doit être évidée… Il est préférable d’acheter ce type d’objet auprès d’experts et commerçants reconnus. Un collectionneur confirmé peut étoffer sa collection par des documents relatifs à l’Ordre, par exemple par une lettre indiquant que la remise de l’Ordre de remplacement ne peut se faire qu’en échange de l’ancienne décoration.

Vues de détails d’une Couronne de fer du 1er type.
Photographie Jean-Christophe Palthey,
expert www.phaleristic.com



Lettre de la Chancellerie italienne,
relative à l’Ordre de remplacement.
Collection J.D.

 



Lettre de la Grande Chancellerie de l’Ordre Royal
de la Légion d’honneur, relative à l’Ordre de
remplacement. Collection J.D.

 

  • Investisseur : l’investisseur pourra s’intéresser à la plaque de dignitaires. Très rare, mais trouvable, en particulier en ce moment au Louvre des Antiquaires à Paris. Il faut compter quelques dizaines de milliers d’euros !

Dessin des insignes de dignitaires.

 

Remarquable ensemble de jetons et décorations de
l’Ordre de la Couronne de fer. Vente Thierry de Maigret
du 23 novembre 2012. Photographie Étude Thierry de Maigret.

 

 

  • La Couronne de fer lombarde, symbole du royaume d’Italie, comprendrait, d’après la légende, le métal d’un des clous de la croix du Christ. Jusqu’à Charles Quint, les souverains germaniques reçoivent un couronnement impérial, mais aussi un couronnement italien ; ils devaient se rendre à Rome pour y être couronnés par le Pape. Les attributs italiens varièrent dan le temps, mais la Couronne de fer fut utilisés pour au moins trois couronnement.
  • Les pointes sont pommetées, comme sur les croix de la Légion d’honneur à partir du 4ème type, simplement pour éviter l’usure des habits.

 

P. MIGLIORINI

 


Je remercie particulièrement monsieur J. D., collectionneur privé, qui, avec beaucoup de gentillesse, a le plaisir de partager ses connaissances avec les passionnés.


J’adresse aussi mes sincères remerciements à monsieur Jean-Christophe Palthey, Galerie Histoire et Curiosité, 1 rue Pierre Fontaine, 75009 Paris.
http://www.phaleristic.com/


Enfin, remerciements également à Thierry de Maigret, commissaire priseur et à l’Étude Binoche et Giquello, pour la communication de photographies de leurs ventes dans le domaine Militaria.
http://www.thierrydemaigret.com/statique/presentation.html
http://www.binoche-renaud-giquello.com/html/calendrier.jsp?t=f

 

 

Sources bibliographiques :

  • La Couronne de fer, histoire et symbolique, par Laurence Wodey, Revue du Souvenir Napoléonien n°447 de juin-juillet 2003.
  • La berline de Napoléon, le mystère du butin de Waterloo, sous la direction de Jean Tulard. Éditions Albin Michel, 2012.