Le symposium israélienů un succès éclatant!

La Société Napoléonienne Internationale et la Société Israélienne des Recherches Napoléoniennes (ISNR) ont parrainé un symposium extraordinaire sur le thème Napoléon et les Juifs.

Ce symposium a été conçu pour célébrer le bicentenaire de la convocation du Grand Sanhédrin par Napoléon, ainsi que le 10e anniversaire de la Société Israélienne des Recherches Napoléoniennes (SIRN). Le symposium qui s'est tenu le 31 mai 2007 à l'Université de Tel Aviv a permis d'entendre quelques-uns des plus grands érudits religieux et napoléoniens d'Israël.

Deux illustres historiens, le général Michel Franceschi de Corse et monsieur J. David Markham, vice-président de la SNI, des États-Unis, étaient sur place pour représenter la SNI et son président, monsieur Ben Weider. Ils étaient accompagnés de leur épouse respective, Nelly et Barbara. Messieurs Markham et Mordechai Gichon, président de la SIRN, ont coordonné conjointement le symposium.

Le professeur Mordechai Gichon, président de la Société Israélienne des Recherches Napoléoniennes, responsable de l'organisation de ce fantastique Symposium, qui a eu lieu à Tel Aviv, Israël.
Le professeur Mordechai Gichon porte fièrement sa médaille de la « Légion du mérite », dont il est si admirablement digne.


Dans sa conférence intitulée  Napoléon, victime de sa libération des Juifs, le général Franceschi a fait état des nombreuses difficultés que Napoléon dut surmonter et qui provenaient autant de sa famille et de ses partisans, que de ses ennemis, en réaction à ses politiques éclairées à l'égard des Juifs. M. Markham a poursuivi sur ce thème avec une communication intitulée Napoleon an Anti-Semite? Napoleon, Religious Freedom and the Jews (Napoléon un antisémite? Napoléon, la liberté religieuse et les Juifs). Dans cette présentation, M. Markham s'est dit d'accord avec le général Franceschi à l'effet que même si Napoléon dut à l'occasion céder à la pression domestique antisémite, dans l'ensemble ses politiques étaient les plus éclairées d'Europe et les Juifs se sont mieux tiré d'affaires sous Napoléon que sous tout autre chef d'État de cette époque. M. Markham a terminé en établissant une comparaison intéressante et importante entre Napoléon et le président américain Harry Truman, concluant que les deux hommes ont dû résister à la pression antisémite et que, personnellement, ils n'étaient pas vraiment antisémites.

Israël comporte de nombreux sites napoléoniens d'importance et la SIRN a donné une occasion exceptionnelle aux couples Franceschi et Markham de visiter des endroits comme Jaffa et Acre, ainsi que les anciens sites de Jérusalem et de Masada. Divers membres de la SIRN ont organisé des événements sociaux pour offrir aux historiens napoléoniens des trois continents une excellente occasion d'échanger de manière informelle. Tous les participants ont quitté le symposium persuadés qu'il s'agissait d'un grand succès!

Au cours des dix dernières années, la Société Israélienne des Recherches Napoléoniennes a organisé des tournées annuelles de conférences livrées par d'éminents experts dans leurs domaines respectifs. Les programmes comprennent aussi des visites des lieux mêmes et des tables rondes. Fondée en 1997 par Mordechai Gichon et d'autres érudits, la SIRN s'appuie sur la croyance que la période allant de la Révolution française au « Concert européen » après la Restauration sous les Bourbons a constitué la ligne de départ décisive des processus politiques et sociaux qui influencent notre vie quotidienne actuelle. En initiant un programme continu d'activités, dont plusieurs mettent l'accent sur divers éléments de l'influence de Napoléon en tant que personnage dominant de cette période, la SIRN a pu intensifier et approfondir l'intérêt des universitaires, des étudiants, et des profanes pour cette période fascinante.

En juillet 1999, la SIRN a organisé le Symposium napoléonien international qui avait soulevé tant d'enthousiasme et dont le sujet était Napoléon et les Français en Égypte et en Terre Sainte 1798-1800. Ce symposium comprenait de nombreuses communications qui ont été conservées dans ses comptes rendus, de même que des visites guidées des sites et des champs de bataille. Le symposium de 1999 était une entreprise conjointe de la SIRN et de la SNI, dont le vice-président exécutif, J. David Markham, avait également servi à titre de codirecteur avec Mordechai Gichon.

Le conseil d'administration actuel de la SIRN (brigadier-général Yizhak Bar-On, Eli Eyal, Alon Klebanoff, Tsvi Yshurun et Mordechai Gichon) peut être extrêmement fier du travail accompli dans le cadre de ce symposium.

De gauche à droite : Tali Levanon, Erez Levanon, lt.-col.(ret) Zevi Nigal (un nouveau membre du conseil d'administration) Barbara Markham,
Mordechai Gichon, David Markham, devant lui, tenant la photo de Ben Weider, Alon Klebanov (membre du conseil d'adm.), MINS Tsvi Yeshurun (notre secrétaire honoraire et membre du conseil d'adm.), MINS Michel Franceschi, devant lui, Nelly Franceschi, brigadier-général Izhak
Bar-On (membre du conseil d'administration)
.


L e professeur Mendelson ouvrant le Symposium israélien sur Napoléon. De gauche à droite : professeur Schwartzfuchs, professeur Klein, général Michel Franceschi et le président de la Société israélienne, Mordechai Gichon.



Sur cette importante photo des participants clés au symposium international apparaissent de gauche à droite : le général quatre étoiles Michel Franceschi,
de France, Nelly Franceschi, professeur Mordechai Gichon, David et Barbara Markham.
Le général Michel Franceschi et David Markham portent la médaille de la « Légion du mérite ».


Le général Michel Franceschi a profité du symposium pour aller présenter ses respects sur la tombe du général Caffarelli, dans le cimetière français d'Acre.

 

Voici une liste des communications présentées : 

Professeur Mordechai Gichon
Napoléon, le peuple juif et la Palestine

Général Michel Franceschi
Napoléon, victime de sa libération des juifs

Professeur C. Klein
Le problème juif à la Constituante (1789-1792)

Professeur S. Schwartzfuchs
Le Sanhédrin et ses délibérations majeures

A.B. Yehoshua
Le rabbin Hedaya et Napoléon dans le roman « Monsieur Mani »

Professeur D. Charbit
Le judaïsme français au temps de Napoléon et par la suite

Dr Y. Lattes
L'évolution dans les communautés juives d'Italie suite à Napoléon

Dr M. Zelkin
« Quel eût été le sort des Juifs d'Europe orientale si Napoléon était sorti victorieux? »

Dr F. Oz-Salzberger
L'influence de la Révolution française et de Napoléon sur la pensée juive

Dr U. Elyada

La cause des Juifs dans la presse lors de la Révolution et de la période napoléonienne

Dr D. Avraham
Le judaïsme allemand durant et après la période napoléonienne

Y. Lossin
Heinrich Heine et Napoléon

Allon Klebanoff
Soldats juifs dans l'armée napoléonienne

J. David Markham
Napoléon antisémite? Napoléon, la liberté religieuse et les Juifs (bientôt en français)