Hommage rendu au Professeur
Mordechai Gichon, FINS,
Légion du Mérite

Mordechai Gichon remercie tous ceux qui
sont venus lui rendre hommage

 

Le Jeudi 7 juin 2012, la Société Israélienne de Recherches Napoléoniennes et le Département d'Archéologie de l'Université de Tel Aviv ont tenu un symposium pour honorer leur illustre Professeur Mordechai Gichon qui fêtera bientôt son 90e anniversaire.

Mordechai Gichon a laissé de remarquables traces dans son pays aussi bien dans le domaine de l'archéologie que dans le domaine de l'histoire Napoléonienne.

Il était un ami proche de Ben Weider, le Président Fondateur de la Société Napoléonienne Internationale. David Markham, le président actuel et grand ami également au professeur a tenu à lui rendre hommage en assistant au symposium qui a eu lieu en Israël.

Environ cent personnes étaient présentes à l'événement pour témoigner du parcours de ce grand homme et louer ses mérites. Voici les témoignages du Président de la SNI, David Markham et quelques photos de la cérémonie.

Standing room only

 

 

 

Le témoignage de reconnaissance du Président
J. David Markham durant la
cérémonie tenue à la Société Israélienne
de Recherches Napoléoniennes

Mordechai Gichon et le Président de la SNI, David Markham
avant le symposium

 

Je suis heureux et honoré de participer à la cérémonie de témoignage pour mon cher ami Mordechai Gichon.

Modechai a déjà 90 ans ? Cela prouve justement que les moments heureux passent très vite. Sa bonne humeur a beaucoup marqué les gens de son entourage et d'ailleurs, tous ceux qui ont eu la chance de le côtoyer et l'avoir comme ami, peuvent en témoigner. Sa personnalité et son habilité de raconter les histoires drôles lui donnent une force irrésistible. Applaudissons également son épouse Chava qui est toujours à ses côtés!

Les contributions de Modechai à promouvoir l'histoire napoléonienne sont considérables; il était l'organisateur du congrès napoléonien de l’année 1999, tenu en Israël. Il était aussi un des plus grands congressistes et chef d'une importante délégation israélienne qui a assisté aux différents congrès internationaux. Mordecahi a également participé à la rédaction d'articles publiés dans le Napoleonic Scholarship Journal de la SNI et, bien évidemment, pour ceux qui l'ignorent, il est le président fondateur de la Société Israélienne de Recherches napoléoniennes.

Ceci dit, le symposium n'est pas venu au bon moment pour moi et j'avoue que j'ai un peu hésité avant de venir.

Puis un soir, j'ai entendu comme une étrange voix intérieure me dire: David! tu dois venir en Israël !

je me demandais si c'était la voix d'Abraham, de Moise ou peut-être celle de Dieu ?

Puis encore une fois, j'ai entendu cette même voix me dire: David, tu dois venir en Israël!

J'ai finalement compris que cette voix qui résonne était celle de Mordechai! Et, comme plusieurs d'entre vous, j'étais incapable de résister à l'appel. Mordechai, c'est cette voix intérieure qui m'a fait venir aujourd'hui pour être présent parmi vous à cet événement en votre honneur.

Durant le symposium, j'avais l'intention de faire une présentation sur de la Campagne de Napoléon en Égypte et en Terre Sainte, mais je m'aperçois que le thème que j’ai choisi ne vous est pas inconnu, d'ailleurs Mordechai, vous y étiez. Alors, comme nous célébrons en ces jours le bicentenaire de la campagne de Russie de 1812, je vous parlerai plutôt des erreurs commises par Napoléon durant cette campagne critique.

 

Mordechai Gichon remercie les invités
qui sont venus lui rendre hommage

Professeur Mordechai Gichon, l'invité d'honneur

 

Je vous souhaite la bienvenue, David Markham et Edna Muller à ce séminaire. Je suis heureux et honoré de vous avoir parmi nous en cette occasion.

Merci également à Zvi Yeshurun, Moshe Fisher, Erez Levanon, Allon Klebanof et T.A.U. qui ont organisé cette soirée en mon honneur.

À tous ceux qui sont ici présents ce soir, je dis: Merci.

C'est en 1997 que j'ai rencontré David Markham pour la première fois. Ben Weider, le président fondateur de la SNI l'avait envoyé pour organiser le premier congrès Napoléonien International de 1999, pour les études napoléoniennes et célébrer la campagne d'Égypte et la terre Sainte. Dès le premier contact, j'ai eu beaucoup d'estime pour lui et je ne m'étais pas trompé. Je voyais en lui, l'homme capable de prendre sans hésiter les bonnes décisions pour réaliser le succès certain.

Un leader.

Merci d'être venus.

Que la Paix soit avec vous.

En 1945, lorsque j'étais encore au service du Jewish Brigade Group, j'ai eu l'occasion de visiter Ancône, où Napoléon avait libéré les Ghettos juifs. Ces juifs parlaient comme lui, l'italien, sa langue maternelle. ils avaient participé aux travaux publics avec l'armée française. Napoléon a compris que ces Juifs étaient des êtres humains comme tous les autres, et il leur promet le retour à Jérusalem, en Terre Sainte.

Chers amis, je ne peux pas vous exprimer ma reconnaissance et ma gratitude mais je veux tout simplement vous dire que je suis satisfait d'avoir accompli mon devoir jusqu'au bout et réussi tous les défis qui étaient sur mon chemin tout au long de ma carrière.

Merci Beaucoup.

 

David Markham loue les mérites de
son ami Mordechai Gichon

Allon Klebanof enumère les nombreuses
réalisations de Mordechai Gichon

Erez Levanon, le représentant de la Société Israélienne
pour les Recherches Napoléoniennes

Professeur Gideon Biger accueille les participants

 

 David et Edna Markham, Allon Klebanof,
Mordechai Gichon, Erez et Tali Levanon

Chava Gichon, Tali Levanon et Edna Markham
en attendant l'ouverture du symposium

 

Chava Gichon écoute attentivement les
témoignages rendus à son mari
Mordechai Gichon

 

 

Retour à la rubrique

HOMMAGES