Jean-Claude Damamme

Historien et écrivain, Jean-Claude Damamme est membre de la Société des Gens de Lettres de France, membre adhérent de l’Association des Écrivains Combattants, et il est le représentant officiel de la Société Napoléonienne Internationale de Montréal depuis six ans.

Il est par ailleurs président honoraire du Comité des Distinctions de l’ Instituto Napoleónico México-Francia.

Au nombre de ses ouvrages, figurent :

- Une biographie du maréchal Lannes, aux Éditions Payot : Lannes, Maréchal d’Empire (1987), rééditée en 1999, et plusieurs fois réimprimée par la suite.

- Une étude de la vie des soldats de Napoléon : Les Soldats de la Grande Armée (1998), aux Éditions de la Librairie Académique Perrin, ouvrage qui a fait l’objet de sept réimpressions successives, et d’une publication dans « Le Grand Livre du Mois » et, en extraits dans la « Sélection du Reader’s Digest ».

- Un récit heure par heure de La Bataille de Waterloo (1999), également à la Libraire Académique Perrin, et réimprimé plusieurs fois. Cet ouvrage a été publié en collection de poche.

- Dans un genre différent, il faut citer Les Années-Mémoire, onze albums (en collaboration) sur l’état de la France et du monde après la première Guerre mondiale.

Grand admirateur de Napoléon, et d’une fidélité absolue à sa mémoire, Jean-Claude Damamme est un écrivain napoléonien engagé – c’est ainsi qu’on le définit ‑ qui s’est donné pour devoir de défendre la mémoire de cet empereur trop souvent et injustement attaqué et insulté.

Outre ses livres, dans lesquels il démontre – et démonte ‑ tous les trucages malhonnêtes dont l’Empereur est la victime, il a notamment montré son côté combattif dans l’affaire de l’empoisonnement de Napoléon, dont il a réalisé, pour le compte de la Société Napoléonienne Internationale, l’ensemble des dossiers historiques et scientifiques publiés sur le site et adressés aux membres de la Société et aux médias.

Avec le docteur Pascal Kintz, il a assuré la présentation de la conférence du 2 juin 2005 à Illkirch, au cours de laquelle ont été révélés à la presse, et aux représentants du ministère français de la Justice, de la Police et de la Gendarmerie, les derniers résultats des analyses effectuées sur les cheveux de l’Empereur établissant de manière indiscutable la nature du poison administré à Napoléon déporté à Sainte-Hélène.

Il vient de terminer, sur cette même époque du Premier Empire, un nouvel ouvrage qui est en instance de publication.


 

AVANT-PROPOS PAR M. BEN WEIDER
PRÉSIDENT DE LA SOCIÉTÉ NAPOLÉONIENNE INTERNATIONALE

Ben Weider

 

Un très estimable écrivain et historien belge, M. Théo Fleischman, à qui l’on doit – mais qui s’en soucie ? - la préservation du dernier quartier général de Napoléon avant la fatale journée du 18 juin 1815 à Waterloo a écrit que, chez Napoléon, « le militaire a nui au civil ».

Rien n’est plus vrai.

Pour nous en tenir au seul Premier Empire, qu’a-t-on, en effet, retenu de la période qui s’écoula entre le moment où Napoléon fut sacré Empereur et celui où, enfin vaincu après onze années d’efforts conjugués des monarchies étrangères emmenées par l’Angleterre, il fut contraint à une abdication définitive, prélude à sa déportation à Sainte-Hélène. C’est à dessein que nous n’utilisons pas ce vocable « d’exil », trop souvent employé, vraisemblablement pour faire oublier la forfaiture anglaise qui fit prisonnier un homme venu se mettre – le naïf ! – sous « la protection » des lois de l’Angleterre. Napoléon a bel et bien été déporté et non pas « exilé » à Sainte-Hélène.

Donc, qu’a-t-on retenu du temps pendant lequel Napoléon dirigea la France ?

Les guerres, et, bien sûr, ses victoires. Victoires qui le rendent d’autant plus suspect que l’on ne pouvait pas – et que l’on ne voulait pas - imaginer qu’un tel chef de guerre ne fût pas le « déclencheur » de ces conflits qui ensanglantèrent l’Europe.

Puisque ce mois d’octobre 2006 en marque le 200è anniversaire, nous allons, dans cette brochure, évoquer la bataille d’Iéna et celle, jumelle, d’Auerstedt, mais, une fois n’est pas coutume, sans raconter par le menu la bataille elle-même.

Pourquoi ce choix ?

Parce que, qui dit bataille dit morts, blessés et mutilés, et que, trop souvent, pour ne pas dire toujours, ce sinistre bilan est imputé à Napoléon, et à lui seul.

Au lieu de guerres de Coalition, seul vocable approprié, mais jamais usité, ne dit-on pas « guerres napoléoniennes » pour désigner toutes celles qui ont émaillé le règne de Napoléon entre 1804 et l’apothéose funèbre du 18 juin 1815 ?

De cette manière, on est parvenu à convaincre le grand publicque l’homme, dont le patronyme a donné naissance à cet adjectif, doit être seul au banc des accusés, ce qui permet de laisser, dans une ombre complice, les véritables coupables.

Ce nouveau document que vous propose la Société Napoléonienne Internationale ambitionne d’établir que, pas plus que les autres, Napoléon n’a voulu cette campagne de 1806 en Prusse, qu’il a, au contraire, tout fait pour l’éviter, et que, vainqueur, il s’est efforcé – avec l’aide de ses subordonnés – d’adoucir autant que faire se pouvait les maux inévitables de l’occupation, par ses troupes, du pays vaincu.

Et, infiniment plus que la défaite qu’il infligea, à son corps défendant, à la Prusse, et, partant, à ceux qui avaient poussé Frédéric-Guillaume III à ouvrir les hostilités, ce sont ses offres de paix et sa mansuétude, la victoire acquise, qui honorent la mémoire de Napoléon.

 

 

CAMPAGNE DE PRUSSE 1806
LA GUERRE QUE NAPOLÉON
N’A PAS VOULUE

  

« CETTE GUERRE N'ÉTAIT QUE LA LUTTE DU PRINCIPE
DE LA LÉGITIMITÉ DES ÉTATS EUROPÉENS
CONTRE L'HÉRITIER DE LA RÉVOLUTION »

(Leopold von Ranke, historien allemand)

 

Au soir du 2 décembre 1805, lorsque les canons se turent sur le champ de bataille d’Austerlitz, la Russie et l’Autriche venaient de subir une défaite cuisante, et Napoléon de remporter une victoire exemplaire, qui commémorait, de manière tout à la fois tragique et magnifique, le premier anniversaire du jeune empire français.

Puisque nous venons d’utiliser le vocable de « tragique », et parce que la responsabilité de chaque guerre déclarée à la France impériale par les monarchies d’Europe est systématiquement imputée à Napoléon, rappelons, comme nous le faisons souvent sur le site de la Société Napoléonienne Internationale, que cette troisième Coalition fut, comme les précédentes, et comme le seront les suivantes, montée à l’instigation de l’Angleterre, soucieuse, à ce moment précis, de dissiper la menace qui s’était concrétisée, sur les côtes de la Manche, par la présence de cette armée, dite encore « des Côtes de l’Océan », réunie là dans l’attente fébrile et joyeuse d’un embarquement à destination des plages d’Angleterre :

« Jamais travaux plus durs, écrivit un jeune officier de marine et futur amiral, Jean Grivel, ne furent exécutés avec une pareille allégresse par ces soldats, dont le dévouement à la Patrie, à l’honneur français et à l’homme qui, pour eux, personnifiait toutes ces choses, était pur de convoitise et d’égoïsme. »

Pour amener l’Autriche (et la Russie) à participer à son salut, l’Angleterre, à son habitude, n’avait pas lésiné sur l’emploi de la « cavalerie de Saint-Georges » : deux millions et demi de livres versés au milieu de l’année 1804 pour inciter l’Autriche et la Russie à déclarer la guerre à la France, et cinq autres millions versés à la fin de cette même année par les négociants de Londres pour financer la coalition.

Une manne à laquelle l’Autriche n’avait pas pu résister : elle était quasiment en état de banqueroute, comme l’indique cet extrait d’une lettre envoyée à l’Empereur, le 11 octobre 1805, par son ministre des Relations extérieures, Talleyrand :

« Sire,

« J’ai l’honneur d’adresser à V. M. deux lettres de M. de La Rochefoucauld [ambassadeur de France à Vienne] d’une date un peu ancienne et qui ne contiennent que peu de nouvelles, mais dont quelques-unes ont de l’intérêt. En général, elles confirment ce qu’on avait appris d’ailleurs des embarras et de la détresse de la cour de Vienne. Elle demande à ses peuples des secours gratuits en avouant que le trésor n’est pas en état de payer pour ses denrées… »

Qu’importait alors que l’on fît tuer, blesser et mutiler quelques milliers d’hommes pourvu que l’Angleterre respirât et que la cour de Vienne retrouvât son lustre !

Mais, si les deux protagonistes et assaillants autrichiens et russes avaient été vaincus, il en était un troisième, qui, bien que partie prenante de la coalition, s’en était tiré sans dommage.

Pour une raison simple : il n’avait pas paru sur le champ de bataille. Pourquoi ?

Ce vaincu - en sursis – était la Prusse.

Un retour en arrière s’impose ici.

 

LES « CACHOTTERIES » DU ROI DE PRUSSE

 

Depuis le traité de Potsdam signé le 3 novembre 1805, la Prusse faisait officiellement partie de la 3è Coalition. Elle n’avait été sauvée du désastre que par le délai – un mois - qui lui avait été accordé pour mettre son armée sur pied de guerre. La nouvelle de la reddition d’Ulm, apportée à Berlin par l’un des frères de l’empereur d’Autriche, n’avait pas été pour rien dans le peu d’ardeur manifestée par le roi Frédéric-Guillaume III.

Frédéric-Guillaume III :
Le roi règne mais ne gouverne pas, car c’est la reine Louise (à droite) qui est la véritable maîtresse du pays.

Tenu dans l’ignorance complète de toutes les tractations de la cour de Prusse, l’ambassadeur de France, M. de Laforest, ne pouvait éclairer Napoléon sur les événements qui se tramaient. Soyons justes : son homologue prussien à Paris, lui non plus, n’avait pas été mis dans le secret du traité de Potsdam !

Malgré ce « rideau de fer » avant l’heure, l’Empereur avait eu vent de cette alliance de la Prusse avec ses ennemis autrichiens et russes par le biais d’une proclamation faite à son armée par François II d’Autriche, le jour même de l’entrée de Napoléon dans Vienne. Proclamation dans laquelle le souverain déclarait :

« Dans ces circonstances, il ne reste à l’empereur d’Autriche qu’à se conformer aux ressources puissantes qu’il trouve dans les cœurs, dans la prospérité, dans la fidélité et la force de ses peuples, à s’appuyer sur la puissance encore intacte de ses grands amis et alliés, l’empereur de Russie et le roi de Prusse, et de persévérer dans cette union étroite. »

C’était on ne peut plus clair.

Et, tandis que son Premier ministre Haugwitz tentait « d’endormir » Napoléon avec des propos lénifiants et de grandes protestations de fidélité – « La convention du 3 novembre est une simple déclaration portant offre de bons offices et de médiation … » - Frédéric-Guillaume s’empressait d’écrire au tsar Alexandre que « le gros de [ses] troupes va se concentrer en Franconie », et cela avec toute la célérité possible « en attendant le résultat de la négociation du comte d’Haugwitz, qui cependant ne les paralyse en rien. »

La ruse était si parfaitement montée que Talleyrand lui-même, quoique grand maître dans l’art de la duplicité, s’était laissé piéger :

« Le fait est, écrivait-il à l’un des amis diplomates, que je suis content de M. d’Haugwitz. Il n’y a pas eu de traité à Potsdam le 3 novembre. Il y a eu échange de déclarations. La déclaration de la Prusse a été qu’elle offrirait ses bons offices, sa médiation pour établir et garantir la paix du Continent ; voilà tout. »

La négociation n’était pas encore achevée lorsque, le 2 décembre, Napoléon avait infligé aux Austro-Russes la correction que l’on sait.

Aussi, quand, trois jours plus tard, il fut informé par le ministre français des Relations extérieures, Talleyrand, que le vainqueur souhaitait le rencontrer, Haugwitz s’attendait au pire.

En effet, Napoléon – il avait laissé le tsar s’enfuir sans chercher à le poursuivre - et l’empereur d’Autriche François II s’étant rencontrés après la bataille, le Prussien ne représentait plus rien. Ni pour l’empereur d’Autriche, ni pour celui des Français, qui ne pouvait plus voir en lui un médiateur, puisque, du fait de la défaite autrichienne, la supposée « convention de bons offices » signée à Potsdam, ne pouvait plus servir de soutien à ce Prussien, venu là dans le seul but de duper Napoléon.

Celui-ci laissa éclater sa juste colère devant tant de fourberie :

« Monsieur le comte, je vous ai accueilli à Brünn avec les égards dus au ministre d’un grand souverain qui m’avait fait croire autrefois que je pouvais compter sur son amitié. Mais aujourd’hui, je connais le traité que vous avez conclu avec les ennemis de la France ; je sais que, d’après vos conventions avec eux, vos quatre-vingt mille hommes devaient me tomber dessus si je refusais les conditions que vous êtes chargé de me dicter ; je sais aussi qu’il ne vous a pas suffi de vous déclarer mon ennemi, mais que, dans votre acharnement contre la France, vous alliez entraîner avec vous les États qui sont sous votre dépendance et l’Europe entière si vous pouviez y parvenir… »

 

Napoléon eût pu lancer immédiatement son armée qui venait de vaincre vite et bien, et dont les pertes avaient été faibles - contre les 80 000 Prussiens. C’eût été dans la droite ligne de l’image de brute guerrière que ses inconditionnels et (hélas !) infatigables détracteurs donnent de lui.

Que se passa-t-il ?

Haugwitz tentera plusieurs fois de duper Napoléon pendant que la Prusse s’entendait avec la Russie pour attaquer la France

Loin de se jeter dans une nouvelle campagne, qui n’aurait eu d’autre résultat que celui que nous verrons bientôt, Napoléon demanda à Duroc, son Grand Maréchal du Palais, d’aller quérir Haugwitz et de le conduire au palais de Schönbrunn où le Prussien, bien surpris, trouva un Napoléon d’humeur joviale, qui lui dit :

«  Ce matin encore, je croyais que la guerre avec la Prusse était

inévitable, et maintenant, si vous le voulez, si vous pouvez signer avec moi le traité que je vous proposerai, vous aurez ce qui, au bout du compte, doit vous intéresser prodigieusement, et moi j’aurai un gage de l’amitié [!] du roi, et l’union entre la France et la Prusse sera établie à jamais. »

Et devant Haugwitz médusé, Napoléon avait dicté à Duroc les termes du traité qu’il proposait à la Prusse.

Que pouvait faire le Prussien ?

Les alliés autrichien et russe vaincus, était-il prudent d’exposer, par un refus, son pays à une guerre dont l’issue ne laissait guère de place au doute ?

Mais, d’autre part, était-il opportun d’accepter de signer un traité alors que toute la Prusse hurlait à la guerre ?

Prudence obligeant, Haugwitz, le 16 décembre (1805) avait signé le traité proposé par Napoléon, à charge pour Frédéric-Guillaume III de le ratifier ou non. Lui, Haugwitz, avait gagné du temps. Pas trop tout de même, car l’Empereur, soucieux de ne pas se montrer naïf à cet adversaire dont il venait d’éprouver la roublardise, avait accordé un délai de trois semaines.

 

RÉACTION COURROUCÉE DE LA COUR DE PRUSSE



Les efforts déployés par Napoléon pour éviter la guerre qui allait conduire à l’écrasement de la Prusse ne sont, comme à l’accoutumée, jamais mentionnés.(DR)

 

Le 25 décembre, Haugwitz arriva à Berlin, avec, en guise de cadeau de Noël, ce geste de (bien) bonne volonté de l’empereur des Français, accompagné d’une lettre personnelle de Napoléon pour Frédéric-Guillaume. La voici, reproduite dans le langage en usage en ce temps entre souverains et dont il convient de faire abstraction :

« Monsieur mon frère, j’ai vu M. le comte d’Haugwitz ; je l’ai longuement entretenu de mes sentiments, de mes projets et de mes vues. Il a vu dans mon âme, il l’a vue à nu. C’était une situation si nouvelle pour mon coeur d’avoir eu à se plaindre de Votre Majesté, qu’il n’a pu se couvrir d’aucun artifice. Je désire fort que M. le comte d’Haugwitz ne cache rien à Votre Majesté de tout ce que je lui ai dit ; et, si Elle a à se plaindre de quelque chose, je me flatte qu’Elle verra que si Elle avait été pour moi un simple personnage de politique, mon cœur n’eût pas été aussi sensiblement affecté. M. le comte d’Haugwitz est porteur d’un traité où Votre Majesté jugera que rien n’a pu me faire oublier six ans d’amitié et surtout la preuve d’intérêt qu’Elle m’a donnée de l’intérêt qu’elle me portait, ayant été la première à reconnaître ma dynastie. Il ne tiendra qu’à Votre Majesté que je sois constamment le même pour Elle. Si Elle veut, par la pensée, se placer exactement dans ma position et apprécier dans cette circonstance ce que j’ai fait pour Elle, Elle se convaincra de toute la vérité de mes sentiments. Un des plus grands bienfaits que je veux devoir aux succès que j’ai obtenus, c’est de reconnaître qu’ils m’ont mis au-dessus des préjugés ordinaires et dans le cas de ne consulter que mon cœur et cette amitié que je lui ai vouée depuis longtemps. Il m’a été bien pénible de penser un instant que nos ennemis communs me l’avaient fait perdre ; mais je sens aujourd’hui que, dans quelque situation que la politique place désormais nos couronnes, il n’appartient plus à moi de me livrer à un sentiment qui m’a constamment guidé dans tant de circonstances importantes. »

 

LE TRAITÉ REVU ET CORRIGÉ PAR LES PRUSSIENS

 

Comme il fallait s’y attendre, et malgré les phrases de paix écrites par Napoléon, la réception que l’entourage de Frédéric-Guillaume III réserva à cette ébauche de traité dit de Schönbrunn fut des plus fraîches.

Jetons un coup d’œil à ce traité pour tenter de discerner ce qui, dans ses propositions, pouvait provoquer l’ire des Prussiens.

Si le traité était ratifié, la Prusse céderait à la Bavière le pays d’Anspach, et à la France Clèves et Neuchâtel ; en compensation, la Bavière remettrait à la Prusse un territoire de vingt mille habitants pour arrondir le Margraviat de Bayreuth, et la France donnerait à la Prusse le très convoité Hanovre – cette possession de la couronne anglaise avait été conquise par le futur maréchal Mortier en représailles de la rupture, par l’Angleterre, du traité de paix d’Amiens.

Parlons chiffres : dans cette éventualité, la Prusse perdrait, c’est vrai, une trentaine de milliers d’habitants, mais elle en retrouverait un peu plus de neuf cent mille par l’obtention du Hanovre, et elle s’élèverait, en outre, au rang de puissance maritime en devenant maîtresse de la mer du Nord, puisque la région s'étendait du centre de l'Allemagne jusqu’à la mer du Nord, et des Pays-Bas à l'ouest jusqu'à la Saxe à l’est.

Alors que le vainqueur d’Austerlitz eût été en droit de porter ses armes contre elle, la Prusse, l’hypocrite vaincue virtuelle de la troisième Coalition, aurait pu s’estimer heureuse de s’en tirer à si bon compte. À trop bon compte. Il n’en fut rien, et, réunis autour de leur souverain, les ministres de Frédéric-Guillaume III entreprirent d’apporter des « amendements » de leur manière au projet de traité conçu par Napoléon.

Deux articles additionnels méritent d’être soulignés :

- Par l’ARTICLE 2, conscient que « l’acquisition de l’Électorat de Hanovre était pour le repos et la sûreté de la monarchie prussienne d’un prix que le roi sent mieux chaque jour » Frédéric-Guillaume « accepte en conséquence la cession que Sa Majesté l’Empereur [Napoléon] compte lui en faire. En attendant, le Roi prendra possession de l’Électorat et répondra à la France de la tranquillité du nord de l’Allemagne. »

- Quant à l’ARTICLE 3, il stipulait que « dès que la possession du Hanovre sera devenue propriété par les dispositions de la paix entre la France et l’Angleterre, le Roi cédera sur-le-champ à la Bavière, à un prince du Saint Empire désigné par Sa Majesté l’empereurNapoléon et à la France elle-même les trois objets stipulés dans les actes III, IV et V de la convention. »

En d’autres termes, le roi de Prusse s’octroyait le Hanovre, s’y installait, et en tirait les revenus subséquents, mais sans rien rétrocéder avant que la paix, encore bien hypothétique, ne fût devenue effective entre la France et l’Angleterre.

Et c’est nanti de ce document étonnant qu’Haugwitz était reparti pour Paris.

À Berlin, où l’on savait la dévotion respectueuse que Napoléon portait aux mânes du Grand Frédéric, personne n’en doutait : « l’Usurpateur » se laisserait berner sans y prendre garde.

Pourtant fin, Haugwitz lui-même le croyait dur comme fer lorsqu’il arriva à Paris le 1er février 1806 pour soumettre à Napoléon le traité revu et corrigé.

En fait, dans la capitale prussienne, on se souciait fort peu que Napoléon acceptât ou non l’ahurissante proposition prussienne, car l’entourage direct du roi, la reine Louise la première, prêchait une manière de guerre sainte, et fortifiés par le pacte mystique de Potsdam

Image naïve du serment entre le roi de Prusse et le tsar devant le tombeau du Grand Frédéric

- dans une mise en scène rocambolesque imaginée par la reine, initiatrice de la « cérémonie », le roi et le tsar avaient juré devant le tombeau de feu le Grand Frédéric de poursuivre la lutte contre « l’héritier de la Révolution » - les Prussiens rêvaient d’en découdre avec la France impie.

Le désastre qui va marquer, pour la Prusse, la fin de cette année 1806 et la réduire à néant pour quelques années, est si exemplaire, si tragique – et en même temps si mérité – qu’il convient de s’arrêter un instant sur ceux qui en portent la responsabilité.

 

UN BOUTEFEU NOMMÉ LOUISE DE PRUSSE

 

En premier lieu, regardons, ou plus précisément, admirons la reine Louise, car, davantage que son époux, c’est elle qui règne sur la Prusse.

Née Louise de Mecklembourg-Strelitz, cette jeune femme – en 1806, elle est âgée de trente ans – règne aussi sur les cœurs, car sa beauté est proverbiale.

« Il faut, a écrit Mme Vigée-Lebrun, portraitiste attitrée de Marie-Antoinette, avoir vu la reine de Prusse pour comprendre comment, à son premier aspect, je restais d’abord comme charmée. »

Le grand Goethe lui-même a écrit plus joliment encore qu’un jour la reine passa devant ses yeux telle « une apparition céleste dont l’impression ne s’éteindra jamais. »

Bien évidemment, il en allait de même du roi, entièrement sous la coupe de sa charmante femme, ce Frédéric-Guillaume III (trente-six ans en 1806), ainsi jugé par Napoléon :

« Pas un tailleur n’en savait plus long que le roi Frédéric-Guillaume sur ce qu’il fallait de drap pour faire un habit. Si l’armée française avait été commandée par un tailleur, le roi de Prusse aurait certainement gagné la bataille à cause de son savoir supérieur en cette matière. »

De manière moins imagée et plus cruelle, en 1807 à Tilsit, il dira du même :

« C’est un homme entièrement borné, sans caractère, sans moyens [intellectuels] , un vrai benêt, un balourd, un ennuyeux. »

L’absence de caractère du souverain prussien allait bientôt se révéler tragique.

Comme tous les souverains de ce temps, la reine Louise de Prusse haïssait cette France nouvelle incarnée par « Buonaparte », et comme le véritable roi était en fait la reine, la « démission » de Frédéric-Guillaume lui laissait le champ libre pour prêcher sa croisade anti-française.

Pour aggraver les choses, l’entourage de la souveraine était constitué d’une meute de jeunes officiers turbulents et arrogants, qui, chaque jour, sous l’impulsion donnée par la reine, se persuadaient que, eux, les héritiers du Grand Frédéric, vainqueur des Français à Rossbach, le 5 novembre 1757 au cours de la guerre de Sept Ans, ne feraient, pour peu que l’occasion leur en fût fournie, qu’une bouchée des misérables Français, qui n’étaient que les héritiers de la chienlit révolutionnaire.

À leur tête, le neveu en ligne directe du Grand Frédéric, le prince LouisFerdinand de Prusse, trente-quatre ans, personnage controversé, courageux jusqu’à la témérité – ou à la stupidité – bretteur et noceur réputé.

Auréolés de la protection de la jolie reine, ces jeunes gens se mirent à chauffer l’opinion publique prussienne contre la France, et, pire, parvinrent à entraîner les grand chefs de l’armée prussienne, des hommes, qui, par égard à leur rang, eussent dû se tenir à l’écart d’un telle mascarade.

 

SURENCHÈRE DANS LES INVECTIVES

 

Chacun en rajouta.

Le prince de Hohenlohe affirmait que lui qui avait vaincu les Français dans plus de « soixante affaires » se faisait fort de battre Napoléon pour peu qu’on lui laissât les « bras libres » quand il serait « aux prises avec lui. »

Tandis que Napoléon s’efforçait par tous les moyens en son pouvoir de préserver la paix, à Berlin, on multipliait les provocations.
Ici des élèves officiers, sous l’influence du prince Louis-Ferdinand (à droite), narguent l’ambassadeur de France à Berlin, M. de Laforest

Il faut préciser que, pour ce personnage, comme pour, pratiquement, tous les officiers prussiens fussent-ils des grades les plus minces, l’Empereur « n’était pas digne d’être caporal dans l’armée prussienne ».

Que dire des maréchaux et généraux, si ce n’est que « savetiers improvisés généraux par la Révolution », ils n’avaient aucune chance devant les officiers prussiens qui « ont appris la guerre dès leur jeunesse » ?

« En trois mois, et avec des forces aux deux tiers des leurs, nous chasserions à coups de fouet ces gaillards-là au-delà du Rhin ; j’en gage sur mon salut », pérorait un autre.

Mentionnons également, bien qu’elle soit fort connue, l’anecdote des élèves officiers venant, dans un geste de pure provocation, aiguiser la lame de leurs sabres sur les marches de la résidence de l’ambassadeur de France, M. de Laforest. Les voyant faire, on rapporte que leur colonel aurait dit :

« Je regrette que nos braves Prussiens se servent de sabres et de fusils ; des gourdins suffiraient pour chasser ces chiens de Français. »

Pour peu, ils en eussent eu pitié, si le mépris n’eût pas prévalu.

Un mot sur Blücher, car ce personnage odieux et vindicatif revient souvent dans l’histoire du Premier Empire, notamment à l’occasion des défaites répétées que lui infligea Napoléon – la dernière (hélas !) à Ligny, deux jours avant Waterloo - et qui ne firent que renforcer sa haine de la France et de son chef. L’ambition de Blücher : préparer le « tombeau de tous les Français qui se trouvaient le long du Rhin ».

Ces propos, déjà odieux, révélaient en outre une vanité et une stupidité surprenantes, car ceux qui les tenaient semblaient oublier que ces « savetiers » et leur « caporal » venaient, le 2 décembre de l’année précédente, de triompher de belle manière des deux armées, russe et autrichienne.

Quand Haugwitz arriva à Paris avec le projet de traité de Napoléon revu et corrigé par les Prussiens, il ignorait que l’ambassadeur français en avait déjà transmis une copie.

Résultat : une note sèche de l’Empereur transmise par Talleyrand :

« Le ministre des relations extérieures a reçu l’ordre exprès de Sa Majesté l’Empereur de faire connaître à M. de Haugwitz, à la première entrevue, que par défaut de ratification dans le temps prévu Sa Majesté ne saurait regarder le traité conclu à Vienne comme existant ; que Sa Majesté ne reconnaîtra à aucune puissance et moins à la Prusse qu’à toute autre, parce que l’expérience a prouvé qu’il fallait parler clairement et sans détour, le droit de modifier les différents articles d’un traité ; que ce n’est pas échanger des ratifications que d’avoir deux textes d’un même traité et que l’irrégularité paraît encore plus grande si l’on considère les trois ou quatre pages du mémoire ajoutées aux ratifications de la Prusse… »

 

NAPOLÉON ÉTRANGER À TOUTE IDÉE DE GUERRE AVEC LA PRUSSE


Quand, le 9 février, il donna enfin audience à Haugwitz, Napoléon, entre autres choses, lui signifia que, pour que les deux pays restassent en bons termes, le mieux était de revenir à la situation telle qu’elle était avant que la campagne de 1805 – ce qui, évidemment, impliquait le maintien de l’occupation du Hanovre par les troupes françaises.

Finalement, acculé, craignant que, devant ses tergiversations, Napoléon ne durcît, chaque jour passant, les termes de ce qui avait été le projet de traité de Schönbrunn, et ne refusât demain ce qu’il avait accordé la veille, Haugwitz, la mort dans l’âme, signa, le 15 février, le traité. Il fut ratifié par Frédéric-Guillaume le 26 du même mois.

À Berlin, lorsque la nouvelle fut connue, une vague de haine secoua le parti de la guerre, et, dès lors, l’incendie se propagea dans les casernes du pays tout entier.

Bien qu’il fût le premier concerné, un seul restait imperturbablement serein au milieu de toute cette effervescence : Napoléon lui-même, car il ne nourrissait aucune animosité particulière à l’encontre de la Prusse.

Ainsi, au moment où il avait entamé le processus de création de la Confédération du Rhin, concrétisée le 12 juillet précédent, il avait proposé au roi de Prusse de prendre la tête d’un équivalent placé sous son autorité : la Confédération du Nord. L’argument, souvent utilisé, que la création de la Confédération du Rhin ait été à l’origine de la campagne de 1806 est pire que faux : malhonnête.

L’ambassadeur français à Berlin (ci-contre) avait d’ailleurs fait part à son ministre de tutelle, Talleyrand, de l’intense satisfaction de la cour de Frédéric-Guillaume III devant cette marque de confiance :

« Le roi [de Prusse] déclare donc aujourd’hui formellement qu’il donne son adhésion entière à la Confédération du Rhin, qu’il prendra toutes les mesures du parti qu’il embrasse et qu’il accepte la proposition que lui a faite l’Empereur d’acquiescer également aux dispositions du même genre que la Prusse adoptera dans le Nord [une confédération identique constituée des États appartenant au Saint Empire romain germanique, qui cessera d’exister le 6 août]. La modestie naturelle de Sa Majesté prussienne fait qu’il n’est pas encore bien certain s’il profitera de l’occasion de faire entrer la couronne impériale dans la maison de Brandebourg. Son Cabinet ne peut que le lui conseiller et en comprendre l’utilité pour les destinées de la Prusse… Le Roi ne se regarde pas seulement comme l’allié de la France mais comme l’allié du souverain de l’Empire français, et c’est à ce titre qu’il concourt avec un zèle amical à tout ce qui consolide la dynastie impériale  »

Tels étaient, rapportés par Laforest, les sentiments supposés de la Prusse envers Napoléon. Mais les propos de Frédéric-Guillaume III prendront toute leur mesure quand on saura qu’ils émanaient du même personnage qui, un mois seulement auparavant – le 12 juillet – avait signé avec le tsar Alexandre, un autre traité qui n’avait d’autre but que l’écrasement de la France impériale. Retenons l’article VII, on ne peut plus clair :

« Nous nous occuperons d’abord des moyens nécessaires pour mettre notre armée sur un pied formidable et d’un plan d’opérations détaillées, mais éventuel, pour être exécuté aussitôt que le cas d’agir viendrait à échoir, soit pour la défense commune, soit pour soutenir les garanties dont nous nous chargeons par l’article III. 

Napoléon s’attendait si peu à une déclaration de guerre de la Prusse qu’il avait donné l’ordre aux troupes d’Allemagne de regagner la France.

Un article III qui nous révèle que le tsar et le roi de Prusse feront tout pour « concourir aux arrangements pour lesquels, à la paix générale, on pourra enfin parvenir à régler et à garantir un état de choses stable et permanent en Europe. »

Donc, sur la foi des informations transmises par son ambassadeur, Napoléon était étranger à toute idée de guerre. Nous avons d’ailleurs des traces écrites de ses dispositions pacifiques.

Le 17 août 1806 – dans moins de deux mois, la Prusse aura déclaré la guerre et aura été magistralement écrasée – voici ce qu’il écrivait au maréchal Berthier, chef d’état-major général de la Grande Armée, à propos des troupes restées en occupation le long du Rhin après la victoire d’Austerlitz :

« Il faut sérieusement songer au retour de la Grande Armée puisqu’il me paraît que tous les doutes sur l’Allemagne sont levés…

« Vous pouvez annoncer que l’armée va se mettre en marche ; que tout le monde se tienne prêt à repasser en France. »

On imagine difficilement un Napoléon prêt à sauter à la gorge de Frédéric-Guillaume III – donc à repartir en guerre – et, dans le même temps, annonçant, à ses troupes qu’il prend les mesures pour leur retour dans la Patrie, la plus belle des récompenses pour tout soldat.

Dans le même esprit, par le biais de l’Exposé de la situation de l’Empire, le Corps législatif avait pu, dès le 5 mars, prendre connaissance officiellement, non seulement de l’annonce du prochain retour de la Grande Armée dans ses foyers, mais aussi des projets de l’Empereur :

« Après ce que le gouvernement a fait pour la gloire et la prospérité de la France, l’Empereur n’envisage que ce qui reste à faire et il le trouve bien au-dessous de ce qu’il a fait ; mais ce ne sont pas les conquêtes qu’il projette ; il a épuisé la gloire militaire, il n’ambitionne pas ces lauriers sanglants qu’on l’a forcé de cueillir : perfectionner l’administration, en faire pour son peuple la source d’un bonheur durable, d’une prospérité toujours croissante, telle est la gloire qu’il ambitionne, telle est la récompense qu’il se promet d’une vie vouée tout entière aux plus nobles mais aux plus pénibles fonctions. »

Exactement ce que, Premier Consul, il disait en 1802 – déjà ! – à ce marquis de Lucchesini, ambassadeur prussien à Paris. Dans une dépêche envoyée à son souverain, Lucchesini l’informait que Bonaparte lui était apparu décidé « à écarter soigneusement tout sujet de guerre afin de pouvoir faire tourner au profit de l’agriculture, de l’industrie, du commerce, des arts les ressources pécuniaires que la guerre absorbe et tarit à la fois. »

Le diplomate continuait en expliquant que le Premier Consul lui avait parlé « avec conviction de canaux à perfectionner et à ouvrir, de routes à tracer et à réparer, de ports à nettoyer, de villes à embellir, du culte et des établissements pieux à doter, d’instruction et d’éducation publiques à payer. »

Quant aux inquiétudes de son ambassadeur à Berlin, M. de Laforest, pourtant mieux placé que quiconque pour prendre le pouls de plus en plus nerveux de la nation prussienne, Napoléon ne pouvait donc que les juger infondées, comme le prouve cet extrait d’une lettre envoyée à Talleyrand :

« La lettre de M. de Laforest du 12 août me paraît une folie. C’est un excès de peur qui fait pitié. Il faut rester tranquille jusqu’à ce qu’on sache positivement à quoi s’en tenir. »

Où est-il, ce Napoléon va-t-en-guerre décrit jusqu’à la nausée par une foule d’historiens, notamment anglais et, presque aussi nombreux, et tout aussi nuisibles… français ; ce Napoléon prêt à faire marcher ses armées contre le premier qui eût osé faire mine de ne pas se plier à ses quatre volontés ?

Un événement – anglais – vint perturber ce semblant de relations harmonieuses. Un événement heureux pourtant : la mort, le 23 janvier 1806, du Premier ministre anglais, William Pitt, victime d’une peu glorieuse attaque … de goutte.

 

L’ESPÉRANCE DÉÇUE DE NAPOLÉON

 

 

Cette caricature française cruelle mais bien fondée illustre à sa manière la mort en 1806 du Premier ministre anglais William Pitt, dit « le Second » quelques semaines après l’annonce de la défaite des Autrichiens et des Russes à Austerlitz qu’il avait subventionnés pour qu’ils déclarassent la guerre à Napoléon.
C’est bien lui qui fut avec ses prédécesseurs et ses successeurs, ce « boucher de l’Europe », pour reprendre l’expression abjecte employée récemment par une agence de presse étrangère envers Napoléon.

Son successeur, Lord Grenville, avait nommé aux Affaires étrangères un homme de cinquante-sept ans, dont Napoléon, alors Bonaparte, avait fait la connaissance peu après la signature, le 25 mars 1802, de la paix d’Amiens.

Le nouveau ministre anglais et le Premier Consul s’étaient rencontrés plusieurs fois, et ayant appris à se connaître, ils s’étaient pris d’une estime réciproque.

 

Épitaphe de Pitt par Napoléon

« M. Pitt a été le maître de toute la politique européenne ; il a tenu dans ses mains le sort moral des peuples ; il en a mal usé ; il a incendié l’univers et s’inscrira dans l’Histoire à la manière d’Érostrate [habitant d’Éphèse, qui, pour immortaliser son nom, mit le feu au temple d’Artémis, l’une des Sept Merveilles du Monde] parmi des flammes, des regrets et des larmes

« D’abord, les premières étincelles de notre Révolution, puis toutes les résistances au vœu national, enfin tous les crimes horribles qui en furent la conséquence sont son ouvrage. Cette conflagration universelle de vingt-cinq ans; ces nombreuses coalitions qui l’ont entretenue ; le bouleversement, la dévastation de l’Europe ; les flots de sang des peuples qui en ont été la suite ; la dette effroyable de l’Angleterre qui a payé toutes ces choses ; le système pestilentiel des emprunts, sous lequel les peuples demeurent courbés ; le malaise universel d’aujourd’hui, tout cela est de sa façon. La postérité le reconnaîtra ; elle le signalera comme un vrai fléau : cet homme tant vanté de son temps, ne sera plus un jour que le génie du mal… Mais ce que la postérité reprochera surtout à M. Pitt, ce sera la hideuse école qu’il a laissée après lui ; le machiavélisme insolent de celle-ci, son immoralité profonde, son froid égoïsme, son mépris pour le sort des hommes ou la justice des choses. »

Sournoisement endoctrinée par les soins vigilants des Anglais et de leurs débiteurs, les royalistes français, la postérité, malheureusement, s’est trompée de coupable. Pire : elle persiste dans son erreur.

 

Cet homme, Charles James Fox (ci-contre), était bien connu pour être, en Angleterre, le plus talentueux et le plus virulent opposant à la politique anti-française de Pitt. Pour Napoléon, toujours en quête de cette paix qu’il recherchait désespérément avec Albion – sa lettre envoyée le 2 janvier 1805 au roi d’Angleterre George III : «  La paix est le vœu de mon cœur », peut-on lire entre autres paroles d’ouverture, était restée sans réponse – la venue au pouvoir de cet homme de bien constituait l’annonce d’une possible et durable détente entre les deux pays.

Mais dans ce cas, il devenait alors impossible de céder à la Prusse, comme cela avait été initialement envisagé et promis, ce Hanovre qu’elle convoitait, mais qui était aussi le berceau de la famille régnante d’Angleterre.

Par un stratagème douteux, trop long à développer ici, l’envoyé de Berlin auprès de Napoléon, le marquis de Lucchesini, prussien d’origine italienne (Lucques), eut connaissance de ce revirement de la politique de l’Empereur. Mais, au lieu de demander audience pour obtenir des éclaircissements sur les compensations – qui avaient été prévues par Napoléon - il communiqua sans attendre la nouvelle à Berlin. La frénésie anti-française tourna alors à l’hystérie collective.

 

Pour concrétiser le changement qui pouvait s’instaurer dans les relations entre les deux pays, ennemis héréditaires, Fox adressa à son homologue français, Talleyrand, une lettre l’informant qu’il avait reçu un individu de nationalité française qui voulait lui révéler des « choses qui lui feraient plaisir ». Voici, décrites par Fox lui-même, les « choses » en question :

« Je l’entretins tout seul dans mon cabinet où, après quelques discours peu importants, ce scélérat eut l’audace de me dire que, pour tranquilliser les Couronnes, il fallait faire mourir le chef des Français, et que, pour cet objet, on avait loué une maison à Passy d’où l’on pouvait, à coup sûr et sans risque, exécuter ce projet détestable… »

On mesurera le chemin parcouru quand on saura qu’une lettre en provenance de Londres, datée du 23 décembre 1805, et saisie par la police française, mentionnait la nécessité d’un « assassinat désirable ». Celui de Napoléon, bien sûr.

Sur la demande de l’Empereur, Talleyrand remercia Fox en ces termes :

« Monsieur, j’ai mis la lettre de Votre Excellence sous les yeux de Sa Majesté. Son premier mot, après en avoir achevé la lecture, a été : “Je reconnais là les principes d’honneur et de vertu qui ont toujours animé M. Fox. Remerciez-le de ma part et dites-lui que, soit que la politique de son souverain nous fasse rester encore longtemps en guerre, soit qu’une querelle aussi inutile pour l’humanité ait un terme aussi rapproché que les deux nations doivent le désirer, je me réjouis du nouveau caractère que, par cette démarche, la guerre a déjà pris, et qui est le présage de ce qu’on peut attendre d’un Cabinet dont je me plais à apprécier les principes d’après ceux de M. Fox, un des hommes les mieux faits pour sentir en toute chose ce qui est beau, ce qui est vraiment grand.” Je ne me permettrai pas, monsieur, d’ajouter rien aux propres expressions de Sa Majesté Impériale. Signé : Talleyrand. »

À ce courrier, était joint un document destiné à montrer à Fox que Napoléon était toujours prêt à entamer des négociations de paix avec Londres.

Devant une telle perspective – la paix avec l’Angleterre, c’était la paix avec l’Europe – Napoléon n’entendait pas, ou ne voulait pas entendre, les bruits de bottes et d’éperons que les matamores de Berlin faisaient résonner à qui mieux mieux.

Il ne restait plus à l’Empereur qu’à attendre que le vent soufflant d’Angleterre lui apportât la bonne nouvelle : l’accord du cabinet de Saint-James pour l’ouverture de négociations de paix.

Une nouvelle lui parvint effectivement, mais ce fut une triste nouvelle : la mort, survenue le 13 septembre, du respectable Charles Fox.

Sur ce caillou maudit de Sainte-Hélène où les Anglais l’avaient déporté, l’Empereur dira, mais il le pensa certainement dans l’instant où l’annonce de ce décès lui parvint :

« La mort de M. Fox est l’une des fatalités de ma carrière. S’il eût continué de vivre, les affaires eussent pris une tout autre tournure ; la cause des peuples l’eût emporté et nous eussions fixé un nouvel ordre des choses en Europe. »

Avec Fox, c’était la paix, cette paix tant désirée par Napoléon, qui descendait au tombeau.

À Londres, où les vieux démons reprirent le dessus, on se mit à faire fonctionner fébrilement la « planche à billets ».

Napoléon, alors, ne put faire autrement que d’écouter les vociférations venues de Berlin, où l’on avait préparé les gourdins pour « chasser ces chiens de Français ».

Les Prussiens, bouffis d’orgueil et soûlés par leur jactance – un rapport de police mentionne : « À l’armée, on trépigne d’impatience, et Dieu sait ce qui arriverait si on ne se battait pas » - se dirigeaient sans le savoir vers un spectaculaire suicide collectif.

Le premier acte de la tragédie se présenta sous la forme de l’ultimatum envoyé à Napoléon par Frédéric-Guillaume III qui exigeait que « les troupes françaises repassent incessamment le Rhin, toutes sans exception, en commençant leur marche au jour fixé par le Roi [!!] et en la poursuivant sans s’arrêter ; car leur retraite instante, complète, est, au point où sont les choses, le seul gage de sûreté que le Roi puisse admettre. »

Ce que Frédéric-Guillaume III, ce roi que personne n’avait menacé, mais qui exigeait un gage de sûreté, ignorait, c’est que se rapprochait le moment où il allait voir se réaliser – avec quelques années de retard – une prédiction de Mirabeau :

« Si le roi de Prusse se jette dans le parti anglais, dans quinze ans, il sera marquis de Brandebourg. »

 

NAPOLÉON JOUE SES DERNIÈRES CARTES DE PAIX

 

L’Empereur voulut sonder une dernière fois les intentions de Londres.

Il suffit de prendre connaissance des concessions qu’il proposa pour apprécier sa bonne volonté et son désir de mettre un point final à cet état de guerre larvée avec le cabinet de Londres : restitution du Hanovre à l’Angleterre, avec des compensations accordées à la Prusse, l’île de Malte reconnue propriété anglaise (alors que le traité d'Amiens prévoyait qu'elle fût restituée aux chevaliers de Saint Jean de Jérusalem), abandon, au profit de Londres, des comptoirs français de Pondichéry, Chandernagor et Mahé, et de l’une des petites Antilles, Tobago, qui, après avoir été prise à la France en 1795, lui avait été rendue en 1802 par ce même traité d’Amiens.

Ce faisant, l’Empereur jouait pratiquement ses dernières cartes de paix, mais il lui fallait absolument savoir à quoi s’en tenir avant de tourner son attention vers la Prusse.

Quant à Frédéric-Guillaume, certain d’obtenir gain de cause, il se tourna vers son bailleur de fonds habituel : l’Angleterre.

Voici d’ailleurs de quoi convaincre les sceptiques – et Dieu sait qu’ils sont nombreux lorsque l’on ambitionne, par respect pour sa mémoire, de démontrer cette vérité, toujours dissimulée parce que gênante pour ceux qui le salissent depuis sa chute, que Napoléon fut vraiment un homme de paix. Il s’agit d’une lettre envoyée, le 6 septembre 1806, par le roi de Prusse au tsar Alexandre :

« J’ai suivi vos conseils. Voilà pourquoi j’ai terminé mes différends avec la Suède. Des discussions de détail en ce moment seraient la mort de l’union. L’essentiel est d’agir, et, pour me mettre en état de le pouvoir avec vigueur , il faut surtout quel’Angleterre m’offre des moyens prompts, suffisants, quitte à compter plus rigoureusement ensemble quand des succès nous en laisseront le temps.Votre ministre pourrait me rendre des services essentiels en persuadant au cabinet de Londres que c’est là pour lui le seul moyen d’obtenir encore des succès contre le perturbateur du repos de l’univers. »

Pour le moment, le « perturbateur » s’efforçait par tous les moyens, et cela au détriment même de sa dignité et de celle du pays qu’il gouvernait, de préserver la paix.

En réponse aux (trop) généreuses concessions françaises, le plénipotentiaire anglais, Lord Lauderdale, ne fit d’autre réponse que celle de demander ses passeports – ce qui était le signe d’une rupture définitive

Le tsar, lui, venait de rompre, le 15 août, le traité que son envoyé, le conseiller d’État d’Oubril, avait signé avec Napoléon le 20 juillet – rappelons que, huit jours plus tôt, le même Alexandre avait signé avec la Prusse un traité d’alliance offensive contre la France –, au prétexte que « cette convention était entièrement opposée aux ordres et aux instructions dont ce plénipotentiaire avait été muni. »

Prétexte parfaitement fallacieux qui en dit long sur la fourberie d’Alexandre, car, peu avant l’arrivée à Paris de l’envoyé de Saint-Pétersbourg, le grand chancelier de Russie avait écrit à Talleyrand :

« Il me reste à vous prier d’ajouter foi à tout ce que M. le Conseiller d’État d’Oubril vous dira au nom de Sa Majesté Impériale. »

Une majesté impériale qui avait, par ailleurs, donné pleins pouvoirs à son diplomate pour « entrer en pourparlers avec celui ou ceux qui y seront suffisamment autorisés de la part du gouvernement français, à conclure et à signer avec eux un acte ou convention sur des bases propres à affermir la paix qui sera rétablie entre la Russie et la France. »

Il eût été difficile d’être plus explicite.

La situation ? La voici : un tsar qui rompt un engagement solennel ; un ambassadeur anglais qui demande ses passeports après avoir renchéri sans cesse sur ses exigences – toujours agréées ; des Prussiens qui sautent en selle.

Comment Napoléon eût-il pu, sans mettre gravement en danger le pays dont il avait la charge, se soustraire à l’obligation de se préparer à l’épreuve de force ?

 

MISE EN ROUTE DE LA MACHINE IMPÉRIALE

 

Contraint, malgré lui, à la guerre, l’Empereur va alors déployer les ressources de sa prodigieuse intelligence et de sa tout aussi prodigieuse énergie, et le chef d’État trop conciliant fit place au chef de guerre, le seul talent que l’on veuille bien lui reconnaître – encore que pour un historien napoléonien bien connu «  sa conception [celle de Napoléon] de la guerre relevait plus du poker que des échecs [!!!] ».

La manœuvre magistrale d’Austerlitz a démontré toute la pertinence de cette appréciation.

Dans le cas de cette campagne de 1806, Napoléon a si peu attaqué la Prusse, et il était si peu dans ses intentions de le faire qu’il lui fallut d’abord tout savoir pour pouvoir tout prévoir.

Aussi les questions se mirent-elles à fuser en direction de son indispensable « ordinateur », le maréchal Berthier, chef d’état-major général de la Grande Armée (ci-contre).

Questions sur les rivières, les ponts, les routes - « Vous ferez ramasser les meilleures cartes qui peuvent se trouver à Munich et à Dresde. Vous enverrez des officiers intelligents à Dresde et à Berlin. Ils s’arrêteront partout en route pour déjeuner, dîner, dormir, ne marcheront point de nuit et étudieront bien le local. Donnez-moi aussi des détails sur la Spree. Je n’ai pas besoin de dire qu’il faut la plus grande prudence pour obtenir ces renseignements. » - sur les équipages militaires, sur le service des ambulances – il lui semble que « les chariots de la compagnie Breidt ne sont pas propres à ce service.

Chaque régiment doit avoir son ambulance. » - sur les fers nécessaires à la cavalerie, et sur les … fours à pain qui n’ont aucun secret pour lui – « Un bon four peut faire cuire du pain pour trois mille hommes. » Autant de détails qui peuvent nous sembler dérisoires aujourd’hui – mais, à l’époque, le problème, par exemple, des fers pour les chevaux était aussi primordial que l’est pour une armée moderne son ravitaillement en carburant – et dont on pourrait à juste titre s’étonner que Napoléon s’en préoccupât en personne.

Mais, disait-il en 1800, « dans la guerre, rien ne s’obtient que par le calcul, tout ce qui n’est pas profondément médité dans les détails ne produit aucun résultat. »

L’Empereur au travail dans son cabinet. Aucun détail, si petit soit-il en apparence ne lui échappe

Les Prussiens n’allaient plus tarder à vérifier à leurs dépens la justesse de cette pensée.

À ces « détails », s’ajoutait la préparation des mouvements des armées, préparation d’autant plus complexe qu’elles n’étaient point cantonnées en un même endroit. Certaines se trouvaient déjà en Allemagne, alors que d’autres étaient à Maastricht, Gand, Tournai, d’autres encore à Moulins, Saint-Quentin, Boulogne, Saint-Brieuc, Grenoble, et d’autres encore en Italie : Turin, Alexandrie…

Et toutes, malgré les distances, malgré leurs vitesses de marche différentes – fantassins cavaliers, artilleurs, sapeurs et pontonniers ne se déplacent pas à la même allure - devront, à un instant donné, se trouver à l’endroit précis qu’il aura choisi. C’est pour cela qu’il lui fallait connaître l’état des routes, les distances, les moyens de franchissement, etc.

N’importe qui, de bonne foi s’entend, ce qui éclaircit les rangs, ne peut rester insensible à cette intelligence hors du commun – l’expression est faible – capable de passer, de l’infiniment petit à l’infiniment grand.

 

DÉMARCHES DE LA DERNIÈRE CHANCE AUPRÈS DE LA COUR DE PRUSSE


Pourtant, tout en préparant la guerre (qu’on lui imposait) pour avoir la paix (qu’il désirait), Napoléon gardait encore un espoir – ténu – que Français et Prussiens allaient rester chacun chez soi.

C’est avec ce souci présent à l’esprit qu’il faut considérer les deux démarches, que l’on peut qualifier de « la dernière chance » (pour les Prussiens) que Napoléon effectua auprès du roi Frédéric-Guillaume III les 7 et 12 septembre.

La première se présente sous la forme d’une audience qu’il accorda à l’ambassadeur prussien. Les paroles que Napoléon prononça ce jour-là doivent être lues et comprises pour ce qu’elles sont vraiment : les paroles d’un homme sincèrement – on serait tenté d’écrire : furieusement - attaché à la paix :

« Si je n’eusse eu une répugnance extrême à faire la guerre à la Prusse, après Austerlitz, je serais tombé sur elle comme une bombe et j’aurais pu lui faire beaucoup de mal. Mais j’envisageais la mort d’un Prussien ou d’un Français, pour une guerre aussi insensée, comme un crime politique… »

Cependant, pour bien montrer que son désir de conciliation n’était pas faiblesse, il avait rajouté :

« J’ai ordonné au maréchal Berthier de faire reprendre à mon armée d’Allemagne toutes les positions dont elle avait commencé à se retirer… Si je suis contraint à une guerre si contraire à mes vues et aux intérêts des deux peuples, il faut que je profite des avantages de mes positions. Voilà ce qui m’oblige à presser les déterminations de votre Cour pour la cessation de ses armements… »

Tout aussi révélatrice, et plus encore peut-être, car il s’agit là d’un dialogue de souverain à souverain, est sa lettre personnelle à Frédéric-Guillaume III.

Deuxième et dernière démarche pour éviter le choc des deux nations, cette lettre doit être lue avec la plus grande attention, car, ne pouvant désormais aller plus loin, Napoléon avait, malgré lui, atteint le point de non-retour. C’est, en outre, une lettre pleine de noblesse, dans les termes et dans les sentiments, qui rend plus odieuses encore les rodomontades et les insultes de la cour de Berlin et des chefs prussiens à son égard :

« … Si je suis contraint de prendre les armes pour me défendre, ce sera avec le plus grand regret que je les emploierai contre les troupes de Votre Majesté. Je considèrerai cette guerre comme une guerre civile, tant les intérêts de nos États sont liés. Je ne veux rien de Votre Majesté. Je ne lui ai rien demandé. J’ai une telle opinion de sa justice que je m’en rapporte à Elle pour savoir qui a tort dans cette circonstance, de la Prusse ou de la France. Tous les renseignements qu’on lui a donnés sont faux. Je suis ami ou ennemi franchement. Je tiens plus que par le cœur à Votre Majesté, je tiens à Elle par la raison. Toutefois, je viens de faire aussi des dispositions pour me mettre en mesure contre ses troupes qui menacent d’attaquer mon armée d’Allemagne. Je l’ai fait parce que j’aurais été coupable envers mon peuple, si je ne m’étais pas prémuni contre les préparatifs formidables qu’Elle [Votre Majesté] fait, préparatifs qui sont si avancés que les troupes de sa capitale sont parties. Je dois le dire à Votre Majesté, jamais la guerre ne sera de mon fait, parce que, si cela était, je me considèrerais comme un criminel ; c’est ainsi que j’appelle un souverain qui fait une guerre de fantaisie, qui n’est pas justifiée par la politique de ses États… Que Votre Majesté me réponde qu’elle a contremandé ses dispositions, et je contremanderai les miennes. »

Mais, lorsqu’il eut reçu l’ultimatum mentionné plus haut, Napoléon comprit enfin que le sort, cette fois, en était jeté.

 

QUINZE MILLE MOTS EN TROIS JOURS


À Berlin, la frénésie guerrière battait son plein.

Sanglée dans un uniforme de dragon de comédie, la reine Louise de Prusse passait devant le front des troupes électrisant, par sa présence, officiers et soldats.

En revanche, au château de Saint-Cloud où il résidait de manière quasi permanente depuis le mois de mai, Napoléon travaillait ferme. Et avec d’autant plus d’énergie qu’il lui fallait rattraper le temps que ses offres de paix, et les réponses qu’il en attendait, lui avaient fait perdre.

La prodigieuse machine intellectuelle s’était donc mise à l’ouvrage.

En moins de trois jours, l’Empereur ne dicta pas moins de quarante-cinq ordres, soit, car le calcul a été fait, l’équivalent de quinze mille mots ! Et pas n’importe quels mots mis les uns à la suite des autres, ou sortis d’une pensée confuse. Non, des mots pesés, pensés, qui ont tous une signification précise, car chacun d’entre eux pourra, dans quelques jours, être lourd de conséquences, bénéfiques ou tragiques.

Voici un exemple – éloquent - de l’inconcevable minutie de l’homme sur qui, maintenant, reposent l’organisation de la campagne à venir et le sort de dizaines de milliers d’hommes, qui pas plus que lui, ne souhaitaient entrer en campagne. Il s’agit de l’une de ses directives relatives à la marche de la Garde Impériale. Ces quelques lignes disent, sans qu’il soit nécessaire de commenter davantage, toute l’ampleur des connaissances que l’Empereur avait des détails de son armée (entre autres domaines), des routes à suivre, des relais, du nombre de voitures nécessaires pour l’acheminement des troupes. Liste non exhaustive :

« Le 1er régiment de grenadiers de ma Garde partira demain à dix heures du matin, et ira coucher à Claye. Il en partira le lendemain, à la pointe du jour. Le 2è grenadiers partira à six heures du matin et ira coucher à Meaux. Les chasseurs iront coucher à Dammartin. Là et à Meaux, il y aura cent charrettes attelées chacune de quatre colliers capables de porter dix hommes. Celles de Meaux seront prêtes sur la place à dix heures du matin ; celles de Dammartin à huit heures. Deux commissaires des guerres partiront demain matin avant deux heures pour régler avec le sous-préfet de Meaux la réunion de ces voitures. Après, ils suivront la préparation de tous les relais sur les deux routes, l’une par Metz pour les grenadiers, l’autre par Luxembourg pour les chasseurs, La première aura quatorze relais de Meaux à Worms ; la seconde treize, de Dammartin à Bingen… Chaque cheval sera payé cinq francs par jour. Les propriétaires des chevaux pourvoiront eux-mêmes aux fourrages. Les voitures seront payées par le major de chaque régiment, les quittances seront remises au sous-préfet qui vous les enverra incontinent… Comme le temps est très court pour les premiers relais, j’ai fait envoyer par le maréchal Bessières un officier d’état-major qui aura vu le sous-préfet de Meaux avant quatre heures du matin, de manière que quand les commissaires des guerres arriveront le sous-préfet aura déjà pris ses dispositions. »

 

À LA « PÊCHE » AUX TROUPES

 

À ce moment, ses armées sont disséminées sur un vaste échiquier dont les quatre coins sont matérialisés par Amsterdam et Berlin en haut, Naples et Bayonne en bas.

Sur les cases de cet échiquier, qui ont pour noms Utrecht, Montpellier, Le Havre, Stuttgart, Toulon, Bade,

Grenoble, Munich, Gênes, Karlsruhe…, il va aller « ramasser » des bataillons, des escadrons, parfois des compagnies, le plus souvent des régiments ou des brigades, voire simplement un officier ou un général, et il va les disséminer – en apparence sans disposition précise – sur les chemins – chemins sur lesquels tout a été prévu et pensé en matière de gîtes d’étapes et de ravitaillement – menant à Wesel, Mayence, Francfort, Wurtzbourg et Bamberg. Bamberg, en Bavière, étant le lieu qu’il avait choisi pour le rassemblement de l’armée.

À la fin, telle une formule algébrique, ces éléments épars donneront une équation complexe : celle qui régit la concentration, en un point déterminé par lui, de la Grande Armée.

Même si cela est (en principe) bien connu, il convient de rappeler ici que les savantes combinaisons de Napoléon, qui font appel au calcul mathématique, ne ressortissent pas au domaine du hasard ; elles sont le fruit des véritables « investigations » qu’il fait faire à ses collaborateurs, et dont il traduit les informations en paramètres précis.

Peut-on concevoir la « puissance de calcul », comme nous le disons aujourd’hui à propos de nos ordinateurs, qu’il fallait – avec les moyens de l’époque : papier, plumes d’oie, aides de camp et chevaux - pour harmoniser la marche de toutes ces armes : infanterie, cavalerie, génie, artillerie, se déplaçant, comme cela a été dit plus haut, à des allures différentes, venant de points différents, faisant halte à des étapes différentes à des heures différentes, et pendant des durées variables, et qui, comme miraculeusement, se retrouvaient au jour dit à l’endroit qui leur avait été désigné ?

Le plus ahurissant, si un superlatif a encore quelque signification avec un tel homme, c’est que, outre ses préparatifs d’une campagne, dont il avait tout fait pour retarder l’échéance dans l’espoir, vain maintenant, de conserver la paix – rappelons-nous cette phrase à l’ambassadeur de Russie en 1802 : « C’est avec horreur que je fais la guerre », phrase que, bien évidemment, on ne cite jamais - il surveille ce qui, à tout autre, semblerait bien vulgaire : les souliers, les capotes, les bidons, les marmites « S’il n’y en a pas en suffisance, qu’on en achète chez l’habitant, mais surtout qu’on ne fasse pas de vilénies, qu’on les paye exactement. » –, les légumes, la farine « A-t-on songé qu’il fallait du bois pour transformer cette farine en pain ? » – ; sans préjudice de ses conseils de gouvernement à son frère Joseph, roi de Naples et à son beau-fils Eugène, vice-roi d’Italie.

En plus des longues lettres adressées à ses alliés, les rois de Wurtemberg et de Bavière, et l’Électeur de Bade, pour les éclairer sur les causes de cette guerre qu’on lui impose, nous découvrons, au milieu de cette somme colossale de dépêches politiques, diplomatiques, stratégiques et logistiques capitales, cette toute petite chose, une décision relative à un vieux soldat de cent deux ans, nommé Vilcot, qui s’est recommandé à sa bienveillance. Reçu en audience à Saint-Cloud le 20 septembre, ce grand vétéran se vit accorder « 2 400 francs pour une indemnité de voyage et une pension annuelle de 600 francs ».

Et que penser du sentiment qui inspire la lettre qu’il envoya à Talleyrand, toujours de Saint-Cloud, le 22 septembre ?

« Monsieur le Prince de Bénévent, il est nécessaire que M. de Hohenzollern forme une compagnie de 140 dragons à cheval, tous Allemands .

« Comme tous les efforts qu’il fera ne sont pas d’accord avec ses moyens, vous lui direz qu’en secret je lui donnerai le subside nécessaire.

« Vous lui ferez connaître que mon motif est de fournir à la Maison de Hohenzollern les moyens de se montrer dans cette circonstance. »

Fils d’une amie de Joséphine et sa compagne de prison pendant la Terreur, la princesse Amélie de Hohenzollern-Sigmaringen, Charles Antoine, le bénéficiaire de cette largesse, deviendra officier d’ordonnance de l’Empereur.

Quel rapport, demandera-t-on peut-être, existe-t-il entre ces détails « domestiques » et la préparation de cette guerre puisqu’on lui a dénié la paix qu’il a offerte ?

Aucun, si ce n’est le souci de montrer que ce Napoléon si décrié, insulté serait un vocable plus approprié, par les souverains dits « de droit divin », savait garder, malgré tant de soucis, de contraintes et de travaux harassants, le sens de l’humain, notamment envers les petits, y compris les petits princes.

Le 25 septembre, accompagné de l’Impératrice Joséphine, Napoléon quittait Saint-Cloud, direction Mayence, où il arriva trois jours plus tard.

Dans trois semaines, la Prusse aura cessé d’exister.

 

DES CHEFS DE GUERRE DU TROISIÈME ÂGE

 

Le 18 septembre, le roi de Prusse s’était, lui aussi, mis en route pour « sa » guerre, dont l’historien – allemand - Léopold von Ranke a écrit qu’elle « n’était que la lutte du principe de la légitimité des États européens contre l’héritier de la Révolution. ».

Avec lui, la reine Louise, qui s’était donné tant de mal pour que cette guerre fût déclarée, et un cortège de quelque deux mille personnes – chiffre fourni par un témoin oculaire - de l’entourage royal. On eût dit, tant l’ambiance décrite y était folâtre, que tous ces gens se rendaient à une fête ou à une noce princière, et non pas aux funérailles de l’armée prussienne.

Le duc de Brunswick

La certitude d’écraser les « savetiers » était tellement ancrée dans les mentalités que, au cours des deux premières semaines, ce ne furent que galas et réceptions.

Certains chefs prussiens estimaient cependant que la présence de la reine ne seyait point aux aléas d’une armée en marche, mais ceux-là étaient peu nombreux, la plupart estimant, non sans raison, que la présence de cette jeune et jolie femme était indispensable, car elle était l’âme de l’armée, l’âme des soldats, l’âme de son mari, et nombre de chefs prussiens savaient très bien que, sans cette femme dont le roi était justement épris et qui était son « moteur », le falot roi de Prusse, quoique jeune – trente-six ans – s’en fût peut-être revenu à Berlin.

 

Le moment approchant où les deux adversaires s’apprêtent à en venir aux mains, il convient de regarder ceux qui vont entrer dans la lice.

Honneur à l’adversaire prussien.

En premier lieu, les chefs.

À la tête des armées prussiennes, on distinguait le duc Charles de Brunswick, l’homme du Manifeste portant son nom, et lancé de Coblence, le 25 juillet 1792 au nom des puissances coalisées. Par ce document, rédigé par un émigré français, le marquis de Limon, à la demande de la reine Marie-Antoinette, et contre l’avis du représentant de Louis XVI, les Coalisés menaçaient de livrer Paris « à une exécution militaire et à une subversion totale », s’il était fait « le moindre outrage » à la famille royale. Connu à Paris le 1er août, ce factum violent exacerba la violence des Parisiens, déjà surexcités, indisposa l’Assemblée législative, et il eut pour conséquence la chute, largement prévisible, de la royauté le 10 du même mois, et peut-être même, la mort du roi et de la reine Marie-Antoinette.

L’Empereur entouré de ses maréchaux (DR)

 

Le 20 septembre suivant, Brunswick, devenu chef des armées coalisées était vaincu à Valmy, première victoire – toute symbolique – de l’armée révolutionnaire sur les Prussiens et les Autrichiens.

Cet échec n’avait pas terni la réputation de Brunswick, puisque c’est à lui que Frédéric-Guillaume III avait confié le haut commandement de l’armée chargée de chasser les « chiens de Français ».

Notons, car ce détail n’est pas sans intérêt, qu’en 1806 Brunswick était âgé de 71 ans. Un grand vieillard, selon les critères de cette époque.

Le reste du haut commandement prussien était à l’avenant. Le feld-maréchal von Möllendorf : 82 ans, le feld-maréchal comte von Kalkreuth : 69 ans, le prince de Hohenlohe : 60 ans, les généraux Prittwitz, Arnim, Holzendorf : respectivement 72, 66 et 65 ans, et le détestable Blücher : 64.

Au milieu de cet aréopage ankylosé, le prince Louis-Ferdinand de Prusse, avec ses 34 ans, faisait figure de « galopin ».

 

LES TRENTENAIRES FLAMBOYANTS DE
LA GRANDE ARMÉE

Portons-nous maintenant dans le camp français. Qu’y voyons-nous ?

36 ans, Bessières (à droite), 38 ans, Murat, 39 ans, et deux quadragénaires vaillants qui n’avaient rien à leur envier : Bernadotte, 43 ans et Augereau, qui, avec ses 49 ans, faisait presque figure d’ancêtre.

Le chef suprême, Napoléon : 37 ans, encadré de ses maréchaux : Lannes (à gauche), Ney, Soult, 37 ans eux aussi, Davout, le benjamin, avec ses

Des trentenaires flamboyants face à des « seigneurs de la guerre » du troisième âge !

Regardons maintenant les troupes.

L’armée prussienne était magnifique.

La manœuvre se faisait avec majesté mais avec lenteur, et une marche de dix ou de vingt kilomètres n’était pas loin de passer pour un exploit, alors que, dans celle de Napoléon, on pouvait en faire sans sourciller – sinon sans grogner – facilement le double, voire le triple lorsque les circonstances l’exigeaient. Et là où le soldat impérial passait sa nuit à la belle étoile, son homologue prussien, à l’étape, construisait une véritable ville de toile qu’il démontait le lendemain matin. Comme au cirque.

 

Quant à l’art du combat, il avait singulièrement évolué, grâce, notamment à l’émergence de ces armées révolutionnaires, qui, au début, avaient dû pallier ce qui leur manquait en discipline et en entraînement par l’enthousiasme, la rapidité et la souplesse.

Et, aujourd’hui, moins d’une année après leur victoire d’Austerlitz, on peut écrire que les soldats de Napoléon « n’avaient pas froid aux yeux ». Rien ne les effrayait. Autre différence de taille : alors que la Prusse était restée une bonne douzaine d’années sans avoir de guerre à soutenir, la France, elle, harcelée sans répit depuis 1792 par les monarchies européennes, n’avait pas cessé de se battre pour se défendre.

Aussi, en ce mois d’octobre 1806, les soldats français étaient-ils habitués à supporter fatigues et dangers sous le commandement de chefs qu’ils avaient vus à l’œuvre, se battant au milieu d’eux et supportant, la plupart du temps, les mêmes épreuves et les mêmes privations qu’eux. Une armée, devenue certes impériale, mais restée républicaine d’esprit.

Majestueux, mais peu habitués à
la guerre de mouvement, les
soldats prussiens s’effondreront devant ceux de Napoléon

En ce qui concerne les effectifs bientôt en présence, les forces mobilisées par la Prusse étaient estimées à 240 000 hommes, sur lesquels l’armée active en représentait 154 000 de toutes armes, le reliquat incluant les effectifs des garnisons et des milices.

Ces forces étaient divisées en trois corps :

- l’armée du Hanovre (34 000 hommes) commandés par le général von Rüchel, sur les frontières de la Hesse ;

- l’armée principale, dénommé « armée du roi » (70 000 hommes) sous le commandement du duc de Brunswick, avec, pour adjoints, les feld-maréchaux von Möllendorf et von Kalkreuth, derrière l’Elbe, aux environs de Magdebourg ;

- l’armée saxo-prussienne, ou armée de Silésie : 50 000 hommes, dont 20 000 Saxons, sous les ordres du général Hohenlohe, dont l’avant-garde était commandée par cette tête brûlée de Louis-Ferdinand.

Quelques figures de soldats de la Garde Impériale, élite de la Grande Armée

La Grande Armée, elle, était répartie en plusieurs corps d’armée, ceux des maréchaux Augereau : 20 000 hommes, Bernadotte : 23 000, Lannes : 22 000, Davout : 29 000, Ney : 33 000, Soult, le plus nombreux avec ses 41 000 hommes, à quoi s’ajoutaient la réserve de cavalerie, commandée par Murat et la Garde Impériale aux ordres de Bessières.

 

LE COMBAT DE SAALFELD PRÉLIMINAIRE SINISTRE POUR LES PRUSSIENS

 

Le premier contact avec l’ennemi fut une escarmouche, qui opposa, du côté de Schleiz, à une quarantaine de kilomètres au sud d’Iéna, d’une part, le corps de Bernadotte, suivi de deux divisions de réserve et précédé de la brigade de cavalerie légère du général Lasalle, à une division, composée d’environ 6 000 Prussiens et 3 000 Saxons Chargée de flanquer l’armée ennemie sur ce point, elle fut aisément repoussée.

C’est au maréchal Lannes, commandant le 5è corps, qu’échut la première affaire sérieuse de la campagne. La plus symbolique également.

Le maréchal Lannes, dont le corps d’armée formait la tête de l’aile gauche de l’armée, avait reçu de l’Empereur l’ordre d’attaquer l’ennemi à Saalfeld si ses forces n’excédaient pas 18 000 hommes, et, dans le cas contraire, d’attendre l’arrivée du maréchal Augereau avec son 7è corps.

De son côté, le 9 octobre, le prince Louis-Ferdinand de Prusse avait reçu de Hohenlohe l’ordre formel de ne s’engager dans aucune action contre les Français avant d’avoir été rejoint par l’avant-garde de l’armée commandée par Blücher, et s’il advenait qu’il fût attaqué, il devait se replier près d’Orlamünde (à égale distance : environ 19 kilomètres, d’Iéna au sud, et de Saalfeld au nord-est), sous la protection du général Grawert.

Mais, le même jour, Louis-Ferdinand fut informé que les Français, qui avaient repoussé les postes avancés, seraient très vraisemblablement dès le lendemain devant Saalfeld. Ce fut suffisant pour qu’il transgressât l’ordre formel reçu.

Alors que les troupes françaises débouchaient de toutes parts sur la rive droite de la rivière, Louis-Ferdinand, le 10, se dirigea donc vers Saalfeld, qui se trouve sur la rive gauche de la Saale, et attendit ces Français qu’il méprisait tant dans une position bien peu stratégique : devant lui, une montagne boisée, derrière lui une rivière très encaissée, affluent de l’Elbe, la Saale, longue de 427 kilomètres. En cas de problème, ce personnage arrogant, mais peu au fait des réalités de la guerre, n’aura, comme champ de combat, que le fond d’un ravin adossé à deux cours d’eau : la Saale, déjà nommée, et la Schwarza.

N’écoutant que sa haine et son mépris, il se lança à l’assaut des têtes de colonne de tout le corps d’armée du maréchal Lannes.

Le prince Louis-Ferdinand est tué d’un magistral coup de pointe par le maréchal des logis Guindey

Ce qui devait arriver se produisit : vers une heure de l’après-midi, les troupes prussiennes, qui combattaient en avant et en arrière de Saalfeld, ne tardèrent pas à être rompues, et tous les bataillons dispersés.

Prenant alors la mesure de la tragique réalité, et comprenant la nécessité d’une retraite immédiate, Louis-Ferdinand se mit à la tête de cinq escadrons de hussards prussiens et saxons. Ceux-ci chargèrent avec impétuosité le flanc gauche du 9è hussards français (division de cavalerie légère Treilhard) envoyé contre l’infanterie prussienne.

Dans un premier temps, les hussards français plièrent sous le choc. Pas longtemps, car ceux du 10è régiment arrivèrent immédiatement à la rescousse et se jetèrent sur les deux flancs de la cavalerie saxo-prussienne, la culbutant sur l’infanterie qui fut mise dans la plus extrême confusion, que l’inégalité du terrain que Louis-Ferdinand s’était choisi comme champ clos ne fit qu’aggraver.

Au milieu de ce chaos, le prince, qui s’efforçait de rallier les fuyards, prit conscience que ses décorations et son haut plumet l’avaient fait repérer par les cavaliers français. Couvrant ses ordres de son chapeau, il chercha à s’extirper de la mêlée en sautant par dessus une haie bordant un jardin, mais les jambes de son cheval s’y entravèrent.

C’est à ce moment qu’il fut rattrapé par un maréchal des logis du 10è hussards, Guindey, qui lui porta un coup de sabre à la tête en le sommant, mais sans savoir à qui il avait affaire, plusieurs fois de se rendre. Pour toute réponse, Louis-Ferdinand riposta, obligeant Guindey à lui porter un dernier coup, mortel celui-là, à la poitrine, qui le jeta au bas de son cheval (Guindey, nommé dans les grenadiers à cheval de la Garde Impériale, trouvera la mort à Hanau en 1813. Il était alors capitaine et officier de la légion d’Honneur).

Le maréchal Lannes fit relever le corps de Louis-Ferdinand, et donna les ordres pour que les honneurs militaires fussent rendus au prince.

Lorsqu’il eut connaissance de la mort du prince Louis-Ferdinand, Napoléon fit écrire par Berthier le message suivant :

« Sire, l’empereur Napoléon me charge d’avoir l’honneur de témoigner à Votre Majesté toute la part qu’il prend à la peine qu’à dû lui faire la mort du prince Louis. »

Et Napoléon fit en outre porter au 2è Bulletin de la Grande Armée cette mention :

« La mort du prince Louis-Ferdinand est glorieuse et digne de respect ; il est mort comme doit désirer mourir tout bon soldat. »

On peut ainsi être indigne du grade modeste de caporal dans l’armée prussienne et posséder du savoir-vivre !

 

ULTIME APPEL DE L’EMPEREUR À LA RAISON

 

Cette mort de l’un des plus ardents partisans de la guerre constituait un fort mauvais présage pour la suite de la campagne.

Nous avons dit plus haut, et nous le disons aussi souvent que possible sur le site de la Société Napoléonienne Internationale, que Napoléon n’est pas le va-t-en-guerre sanguinaire, le conquérant névrotique souvent – pour ne pas dire toujours – dépeint par ses détracteurs, dont la mauvaise foi n’est pas le moindre défaut.

Nous avons également écrit plus haut que dans un certain fascicule « historique », l’auteur accusait Napoléon d’avoir « attaqué la Prusse ».

Voici donc ce que le 12 octobre, soit deux jours après la mort en combat singulier de Louis-Ferdinand, « l’agresseur » écrivit au roi Frédéric-Guillaume (à lire attentivement) :

« Pourquoi répandre tant de sang ? À quel but ? Je tiendrai à Votre Majesté le même langage que j’ai tenu à l’empereur Alexandre deux jours avant la bataille d’Austerlitz … Sire, j’ai été votre ami depuis six ans. Je ne veux point profiter de cette espèce de vertige qui anime ses conseils et qui lui a fait commettre des erreurs politiques dont l’Europe est encore toute étonnée et des erreurs militaires de l’énormité desquelles l’Europe ne tardera pas à retentir. Si Elle m’eût demandé des choses possibles dans sa note, je les eusse accordées ; Elle a demandé mon déshonneur, Elle devait être certaine de ma réponse. La guerre est donc faite entre nous, l’alliance est rompue pour jamais. Mais pourquoi faire égorger nos sujets ? Je ne prise point une victoire qui sera achetée par le sang d’un bon nombre de mes enfants. Si j’étais à mon début dans la carrière militaire, et si je pouvais craindre les hasards des combats, ce langage serait tout à fait déplacé. Sire, votre armée sera vaincue. Elle aura compromis le repos de ses jours sans l’ombre d’un prétexte. Elle est aujourd’hui intacte et peut traiter avec moi d’une manière conforme à son rang. Elle traitera avant un mois dans une situation différente. Elle m’a dit qu’elle m’avait souvent rendu des services. Eh bien, je veux lui donner la preuve du souvenir que j’en ai. Elle est maîtresse d’épargner à ses sujets les malheurs et les ravages de la guerre. À peine commencée, Elle peut la terminer, et Elle fera une chose dont l’Europe lui saura gré. Sire, je n’ai rien à gagner contre Votre Majesté. Je ne veux rien et n’ai rien voulu d’Elle. La guerre actuelle est une guerre impolitique… Je prie Votre Majesté de ne voir dans cette lettre que le désir que j’ai d’épargner le sang des hommes et d’éviter à une nation, qui géographiquement ne saurait être ennemie de la mienne, l’amer repentir d’avoir trop écouté des sentiments éphémères qui s’excitent et se calment avec tant de facilité parmi les peuples. »

Comme certains en sont toujours à chercher des significations cachées et des intentions sordides derrière chacun de ses propos, voici un extrait d’une autre lettre de Napoléon, toute personnelle celle-là puisque le destinataire n’est autre que l’Impératrice Joséphine, qui, à ce moment, se trouve à Mayence :

« Gera , [à une trentaine de kilomètres à l’ouest d’Iéna] deux heures du matin .

« Je suis à Gera, ma bonne amie ; mes affaires vont fort bien et tout comme je pouvais l’espérer. Avec l’aide de Dieu, en peu de jours, cela aura pris un caractère bien terrible, je crois, pour le pauvre roi de Prusse, que je plains personnellement parce qu’il est bon. La reine est à Erfurt avec le roi ; si elle veut voir la bataille, elle aura ce cruel plaisir… »

Avec plus d’abandon et de brièveté, cette lettre ne fait que confirmer les termes de celle envoyée précédemment à Frédéric-Guillaume III.

Jamais, ces documents ne sont cités, sans doute parce qu’ils ne « cadrent » pas avec l’image que l’on donne ordinairement de Napoléon.

Si l’affaire de Saalfeld ne coûta aux Prussiens « que » trois mille hommes environ, tués, blessés ou prisonniers, elle fit grand bruit lorsqu’elle parvint à Berlin, semant la consternation là où, précédemment, il n’y avait que morgue et mépris.

Parmi les chefs prussiens, il en était au moins un qui faisait montre de lucidité. C’était le feld-maréchal comte von Kalkreuth (1735-1818).

Devant les atermoiements de ses pairs – ils n’avaient pas échappé à l’Empereur : « Toutes les lettres interceptées font voir que les ennemis ont perdu la tête. Ils tiennent conseil nuit et jour et ne savent quel parti prendre… Jusqu’à cette heure, ils montrentbien leur ignorance de l’art de la guerre… », écrivait-il, le 12 octobre au maréchal Lannes – Kalkreuth pronostiqua :

« Le terme fatal avançait à grands pas, et, à moins d’un miracle, on marchait à un désastre. »

 

C’est à l’un des ses officiers d’ordonnance, Montesquiou, que Napoléon avait confié le soin de porter au quartier général prussien la très belle lettre que nous avons citée plus haut.

À quoi tient le destin d’une Nation ?

Dans ce cas précis, à l’attitude bornée d’un officier prussien qui refusa à Montesquiou la qualité de parlementaire parce qu’il n’était pas précédé du trompette réglementaire.

Ce n’est que le lendemain, donc le 13, que l’envoyé de Napoléon put remettre à Hohenlohe la lettre destinée à son souverain. Saisissant immédiatement l’importance et les implications que recélait ce document de la dernière chance, Hohenlohe mit tout en œuvre pour la transmettre sans plus de retard à Frédéric-Guillaume. Mais quand elle parviendra à son destinataire, la bataille sera non seulement engagée mais, déjà pratiquement perdue pour les Prussiens.

 

LA DOUBLE CATASTROPHE D’IÉNA-AUERSTEDT

 

Nous avons écrit, dans l’introduction, que cette brochure ne raconterait que très brièvement la bataille elle-même pour laisser la meilleure place aux efforts accomplis – en vain, malheureusement pour la Prusse – par Napoléon pour qu’elle n’ait pas lieu. Nous estimons, en effet, que cette option est la meilleure qui soit pour la mémoire de l’Empereur, accusé de tous les maux subis par l’Europe de ce temps. On verra également comment ces soldats, complaisamment décrits, avec leur chef, comme des Huns assoiffés de sang, se comporteront dans la Prusse à genoux.

Voici donc, très brièvement résumée, la bataille qui a conduit à l’impensable (surtout pour elle) écrasement de l’armée prussienne le 14 octobre 1806.

 

Dès le 12 octobre, tant la marche des troupes françaises a été rapide, l’armée prussienne était déjà presque coupée de Berlin.

Concentrés autour de Weimar, les Prussiens avaient été répartis en deux grandes masses placées respectivement sous les ordres du prince de Hohenlohe – celui qui se faisait fort de battre Napoléon pour peu qu’on lui « laissât les bras libres » - au sud-ouest, et par le duc de Brunswick, au nord-est. À côté de ce dernier, Frédéric-Guillaume et la reine Louise.

Le 13 octobre, Hohenlohe apprenait qu’il n’avait pas en face de lui des éléments détachés de l’armée française, mais très certainement Napoléon lui-même avec le gros de ses troupes, soit environ 155 000 hommes. Ce ne fut pas suffisant pour l’inquiéter, car, entre Napoléon, établi à Iéna, et lui, en position devant Weimar, se dressait un obstacle naturel de taille : le plateau du Landgrafenberg. Culminant à quatre cents mètres, il avait la réputation d’être infranchissable – « Ses pentes, raconte le célèbre Coignet, qui y passa une nuit mémorable, est rapide comme le toit d’une maison. » - et, de ce fait, conférait une grande sérénité à Hohenlohe qui estimait impensable qu’une armée, accompagnée, qui plus est, de pièces d’artillerie, pût en gravir les pentes. L’armée des automates prussiens, sans aucun doute, mais pas la Grande Armée, animée par son chef en personne.

Effectivement, Napoléon, informé par le maréchal Lannes, chef du 5è corps, de l’existence d’un sentier, difficile mais praticable, permettant d’arriver au sommet du plateau - lui-même y avait posté son avant-garde - fit monter sans retard les 22 000 hommes du 5è corps avec leur artillerie, et l’infanterie de la Garde. Rappelons pour mémoire l’anecdote bien connue de Napoléon éclairant lui-même d’un falot le travail des soldats agrandissant, en pleine nuit, le sentier permettant d’acheminer les canons.

Le 14, quand le soleil déchira le voile de brouillard, Hohenlohe croyait encore impossible l’installation d’une grande partie de l’armée impériale sur le plateau. Il n’allait pas tarder à déchanter.

Napoléon, après avoir déclanché une intense préparation d’artillerie, venait de lancer une offensive générale. Et ce plateau du Landgrafenberg, que les Prussiens avaient cru infranchissable et inaccessible à une armée, déversait maintenant sur eux fantassins, cavaliers, artilleurs à cheval, tous électrisés par la présence de Napoléon, qui du sommet du plateau, leur désignait les objectifs.

Vers deux heures de l’après-midi, la catastrophe prévisible se précisa malgré l’arrivée sur le terrain d’un corps d’armée tout frais, celui du lieutenant-général von Rüchel. Peine perdue. En moins d’une heure, ses vingt-trois mille hommes, dont la plupart avaient été mis hors de combat, allèrent grossir le flot des fuyards qui s’écoulaient dans toutes les directions.

En jugeant la Grande Armée incapable de prendre position sur le Landgrafenberg, Hohenlohe avait fait une grave erreur d’interprétation.

Napoléon, lui aussi, s’était fourvoyé dans son estimation première : il avait cru avoir en face de lui l’ensemble de l’armée prussienne, mais, cette affaire terminée, il avait refait son compte : environ soixante mille hommes. Pas davantage. Le reste ne devant pas être très loin, il s’attendait donc à reprendre le combat le lendemain. Sans inquiétude cependant, car il aurait en face de lui une armée en situation d’infériorité numérique – et morale, du fait du grave revers de cette journée du 14.

Ce 14 octobre à Iéna avait coûté aux Prussiens la bagatelle de douze mille tués et blessés, et d’une quinzaine de milliers de prisonniers. Deux cents pièces d’artillerie et plusieurs centaines de drapeaux étaient, en outre, restés entre les mains des soldats de Napoléon.

Ce dernier était donc bien fondé d’attendre la suite des événements en toute sérénité.

Plan de la bataille d’Iéna dessinée par A. M. Perrot, d’après l ’Histoire de Napoléon de Norvins

En se dirigeant vers Iéna, après être entré dans Weimar, il s’étonnait simplement de n’avoir aucune nouvelle du maréchal Davout qui devait se trouver à une quinzaine de kilomètres au nord.

 

LE TRIOMPHE DU MARÉCHAL DAVOUT

 

Au moment où Napoléon écrasait Hohenlohe - à qui l’on avait sans doute négligé de laisser « les bras libres » comme il l’avait demandé - le maréchal Davout s’illustrait tragiquement et de manière infiniment plus exemplaire que Napoléon à Iéna.

C’est dans la nuit du 13 au 14 que Davout avait reçu les instructions de l’Empereur lui enjoignant de « se porter sur Apolda afin de tomber sur les arrières de l’armée [prussienne]. »

Davout n’avait avec lui que les vingt-neuf mille hommes de son 3è corps, dont mille six cents cavaliers et quarante-quatre canons.

En face de lui, Brunswick, toujours flanqué du roi et de la reine, avec soixante mille soldats, dont dix mille cavaliers et cent quinze canons. Le choc se produisit à Auerstedt.

Le maréchal Louis Nicolas Davout

Comme cela s’était passé à Iéna, après quelques flottements dus à l’énorme infériorité numérique françaises, Davout, dont les hommes se battirent avec une fureur surhumaine à un contre trois, finirent par faire plier les Prussiens, dont le chef, Brunswick, reçut une blessure mortelle.

Les pertes prussiennes s’élevèrent à une quinzaine de milliers de tués et blessés auxquels il convenait d’ajouter trois mille prisonniers. Ils perdirent en outre toute leur artillerie.

La reine Louise avait des « divertissements mondains » fort coûteux.

L’armée, commandée maintenant par le roi Frédéric-Guillaume depuis la blessure mortelle de Brunswick – son fils, qui rendait, bien sûr, les Français responsables de la mort de son père, sera tué à Waterloo – refluait en un ordre relatif en direction de Weimar quand elle se heurta aux fuyards d’Iéna.

La retraite tourna alors en une débâcle éperdue, et d’Auerstedt à Erfurt, la route se couvrit des débris d’une armée dont la honteuse déconfiture n’avait d’égale que sa tout aussi honteuse présomption.

En récompense de cette victoire sans commune mesure, du fait de la disproportion des forces, avec celle d’Iéna, Napoléon fera au maréchal Davout l’honneur d’entrer le premier dans Berlin et le fera duc d’Auerstedt. Ce qui coupe court aux insinuations de certains, qui affirment que l’Empereur, jaloux du succès de son maréchal, a minimisé la victoire d’Auerstedt au profit de celle d’Iéna. Il suffit aussi de lire sa Correspondance relative à cette affaire et le 5è Bulletin de la Grande Armée pour prendre la mesure de l’inanité, et, surtout, de la lamentable - mais pas gratuite - mesquinerie de cette affirmation.

Le roi de Prusse n’en était pas, envers l’Empereur, à une duplicité près.

Ainsi, le 19 octobre, à Halle, un membre de son entourage, le comte von Dönhoff, remettait la réponse – tardive – de Frédéric-Guillaume à la lettre que l’Empereur lui avait fait transmettre deux jours après le combat de Saalfeld :

« Au quartier général, le 15 octobre 1806

« Monsieur mon frère, je n’ai reçu qu’hier matin, dans le moment où nos troupes se trouvaient déjà aux prises la lettre que Votre Majesté Impériale et Royale m’a fait l’honneur de m’adresser le 12 de ce mois, et je m’empresse d’y répondre dans le moment où je descends de cheval. Les sentiments qu’Elle y manifeste, malgré les différends [!] qui ont eu lieu entre nous, me la rendent précieuse, et je ne reconnais pas moins le caractère élevé de Votre Majesté Impériale que son intention de faire plutôt des heureux que de verser le sang de tant de milliers d’hommes… »

Le roi de Prusse n’avait cependant pas jugé bon de désigner le responsable du sang versé par « tant de milliers d’hommes ».

Et Frédéric-Guillaume terminait en demandant une suspension d’armes, « tandis que nous nous occuperons à fonder le bonheur solide de nos sujets. »

Lettre bien touchante. Mais alors, pourquoi Napoléon n’a-t-il pas révoqué l’ordre de poursuite donné à ses corps d’armée ?

L’explication apparaît dans la réponse qu’il fit – séance tenante – à son correspondant :

« Camp impérial de Halle, 19 octobre 1806

« Monsieur mon frère, j’ai reçu la lettre de Votre Majesté. Je regrette beaucoup que la lettre que je lui ai envoyée par l’un de mes officiers d’ordonnance qui est arrivé à son camp le 13, n’ait pu empêcher la bataille du 14. Toute suspension d’armes qui donnerait le temps d’arriver aux armées russes, qu’Elle paraît avoir appelées dans l’hiver serait trop contraire à mes intérêts pour que, quel que soit le désir que j’aie d’épargner des maux et des victimes à l’humanité, je puisse y souscrire… »

Effectivement, Napoléon, largement dupé et cependant bien patient, ne pouvait pas prendre un tel risque, Frédéric-Guillaume s’étant entendu avec Alexandre pour que celui-ci accourût lui prêter main forte.

En bref, Frédéric-Guillaume tendait, une fois de plus, un piège à Napoléon pour gagner du temps dans l’espoir de voir arriver les Russes qu’il avait appelés à son secours.Compte tenu de cette menace, l’Empereur ne pouvait que laisser ses maréchaux se lancer à la poursuite des Prussiens en fuite.

La capitulation sans combat des places fortes fut la grande honte de l’armée prussienne Ici, la reddition de Stettin au général Lasalle (DR)

À partir de ce moment, les places fortes capitulèrent, et la plupart sans combattre, les unes après les autres.

Il en fut de même des corps d’armée, dont les chefs, qui, il y a peu, n’avaient qu’insultes à la bouche pour le « caporal » et ses « savetiers », se rendirent, sans même sauver l’honneur ni de leur nom ni de leurs armes.

Il avait suffi d’un mois pour que l’armée prussienne fût réduite à néant.

Outre les morts et les blessés, cent dix mille prisonniers et deux cent cinquante drapeaux témoignèrent devant les monarchies d’Europe de cet effondrement avilissant, dont il n’est pas d’exemple dans l’Histoire.

 

L’INCONCEVABLE SERVILITÉ DES PRUSSIENS ENVERS LEUR VAINQUEUR

 

Normalement, nous eussions pu arrêter ici cette brochure, s’il ne nous était pas resté un devoir à accomplir envers la mémoire de Napoléon et celle de sa Grande Armée.

Bien que sa mise fût, comme toujours, fort simple, les Berlinois, accourus en foule n’eurent d’yeux que pour Napoléon. Grâce à la discipline stricte de ses troupes et aux mesures prises par l’Empereur, la population n’eut pas trop à souffrir de l’occupation (DR)

 

 

Tous deux sont, en effet, passés à la postérité avec une triste image : l’Empereur, celle d’un conquérant assoiffé de conquête, mettant à feu et à sang les pays dans lesquels il entrait, qu’importait le prix à payer, et ses soldats comme des brutes infernales. Ou comme des SS, comme cela fut dit sur un plateau de télévision !

C’est donc un devoir de regarder ce qui s’est passé à partir du moment où l’Empereur a fait son entrée, le 27 octobre, dans la capitale de la Prusse, et celui où il l’a quittée, le 24 novembre.

Autant les chefs militaires et l’entourage de Frédéric-Guillaume s’étaient montrés arrogants et injurieux, autant les Berlinois se révélèrent conciliants, aimables, et pour tout dire, plats devant celui qui avait réduit leur armée à rien.

L’un des premiers gestes de Napoléon fut de gracier le prince de Hatzfeld, gouverneur de Berlin, convaincu d’espionnage caractérisé : Napoléon avait en main une lettre dans laquelle Hatzfeld informait Hohenlohe (qui n’avait pas encore mis bas les armes) du lieu où le maréchal Davout entendait lui couper la route. Le sort qui l’attendait ne faisait aucun doute : le peloton d’exécution.

Mise en présence de Napoléon par l’intervention conjuguée de Duroc, Grand Maréchal du Palais, de Ségur et de Rapp, officiers d’ordonnance, la princesse de Hatzfeld obtint sans difficulté la grâce de son mari. Il existe, sur ce thème, une abondante (et assez « larmoyante ») imagerie.

Autre beau geste à porter au crédit de Napoléon : la libération de tous les soldats saxons faits prisonniers au cours de deux batailles. Ce geste se justifiait d’autant mieux que l’Électeur de Saxe, Frédéric Auguste, avait été entraîné de force dans cette guerre, après que les Prussiens eurent envahi son territoire.

Cette générosité valut à l’Empereur de gagner à sa cause un allié, qui restera fidèle à celui qui, un jour de cette année 1806, l’avait fait roi.

Napoléon devant le tombeau du Grand Frédéric

Frédéric Auguste, qui avait été entraîné malgré lui dans la coalition qui vit la déconfiture prussienne à Iéna, paiera cher sa fidélité à Napoléon : après la défaite de celui-ci à Leipzig (19 octobre 1813), Frédéric-Auguste 1er sera fait prisonnier par les Alliés, et son pays administré, d’abord par un gouverneur russe, puis par un gouverneur de cette Prusse détestée.

Nous avons écrit plus haut que les Berlinois se montrèrent plats devant le vainqueur. C’est peu de le dire, les pires étant les grands noms de l’aristocratie prussienne qui vinrent, servilement, se mettre à sa disposition.

Citons pour l’exemple ce prince d’Isembourg qui créa un régiment composé de … déserteurs et le mit au service de Napoléon. Pour encourager ses hommes à servir dans cette unité peu commune, il leur adressa une déclaration dont il faut citer un extrait tant elle est surprenante par son obligeance veule :

« …Il est offert à MM. les officiers prisonniers de guerre par capitulation qui désirent sortir de cette triste situation pour vouer leurs talents militaires et leur activité au service denotre invincible Empereur, d’être investis dans ce régiment du même grade qu’ils ont occupé dans l’armée du roi de Prusse. Cet emploihonorable assure à tous ceux qui y aspirent la protection du héros adoré qui aime ses soldats comme ses enfants. Accourez vaillants guerriers, rassemblez-vous sous les drapeaux deNapoléon le Grand. Allez avec lui au-devant de la victoire et de la gloire immortelle [Tous les passages soulignés dans le texte].

« Berlin, le 18 novembre 1806.

« Charles, prince d’Isembourg. »

La tante du roi de Prusse n’était pas en reste, qui écrivait à l’Empereur qu’il est « le plus grand des souverains », et bénissait « à jamais [Sa] Majesté Impériale, dont la bonté adoucit les infortunes. »

Ce lamentable poulet accompagnait, comme l’on peut s’en douter, une demande de faveur.

Un autre, duc de Saxe-Cobourg-Gotha, chargeait son chambellan de « mettre aux pieds de Sa Majesté Impériale et Royale ses très humbles félicitations sur le succès de ses armes. »

Et, comme on peut encore s’en douter, il quémandait une audience à laquelle il se rendrait « avec un empressement égal à [sa] vive gratitude pour les marques de sa généreuse protection. »

Une dernière citation – mais il en est d’autres - mettra fin à ce déballage indécent de propos amphigouriques et d’une révoltante bassesse. Nous la devons à la princesse régente de la principauté de Lippe, qui, ainsi que ses pairs, ambitionnait d’entrer dans la Confédération du Rhin, nouvellement constituée - d’où ses assauts de tartuferies :

« Dans ce moment où plus que jamais le bonheur et la conservation des peuples reposent dans les mains puissantes et généreuses du plus grand des héros, la princesse régente de Lippe ose solliciter l’avantage, longtemps désiré [cela ne s’invente pas !] d’être reçue dans la Confédération dont le plus grand monarque est l’illustre protecteur. Elle ose espérer qu’il lui sera permis d’aspirer à ce bonheur, en raison de la confiance sans bornes et de l’attachement inviolable dont son cœur a toujours fait profession pour l’immortel Napoléon. Les succès brillants, presque miraculeux des armées impériales, ont comblé l’attente de la princesse. »

Comment s’étonner qu’un historien allemand de ce temps ait écrit :

« La population de Berlin faisait preuve d’un tel avilissement de caractère qu’un jour Napoléon dit, en secouant la tête, s’il ne savait pas s’il devait se réjouir ou avoir honte pour les Berlinois. »

 

L’HOMMAGE JUSTIFIÉ DE LA POPULATION À NAPOLÉON ET À LA GRANDE ARMÉE

 

Attaqué et insulté, Napoléon eût pu se montrer vindicatif dans sa victoire.

Qu’en fut-il ?

Oublions les témoignages français, dont on pourrait nous objecter qu’ils sont suspects de partialité, pour nous en tenir à ceux des principaux intéressés : les Berlinois et les Prussiens en général.

Les archives du temps rapportent que Napoléon prit à cœur de se soucier des pauvres de la ville en faisant frapper des groschen, menue monnaie qui constituait l’essentiel de ce que les pauvres parvenaient à arracher aux riches. Faute de ces petites pièces, les plus démunis avaient bien du mal à acheter leur pain quotidien. Grâce à cette mesure prise par l’Empereur, les nécessiteux de Berlin purent obtenir – chose nouvelle pour eux ! – une livre de pain pour la modique somme d’un groschen maximum. Enfin, tous les fonctionnaires, les pensionnés et les invalides reçurent les arriérés de traitement qui leur étaient dus.

Pour soulager autant que faire se pouvait la gêne que représentait, pour les habitants, l’obligation de loger les officiers, Napoléon prescrivit de les installer dans des demeures appartenant à des personnages de la Cour qui s’étaient « absentés » de Berlin.

Pour faire régner harmonie – et discipline – Napoléon avait trouvé un auxiliaire précieux en la personne du général Hulin.

Relevons, pour le plaisir de l’anecdote, la démarche de cette Berlinoise venue se plaindre à Hulin que l’officier logé chez elle exigeait, aux repas, du champagne et du bourgogne qu’elle était incapable de lui offrir. Hulin lui remit une carte sur laquelle le destinataire put lire que s’il désirait du champagne « il devait aller le réclamer auprès du général. » Le vin ordinaire fit dès lors les délices de l’officier gastronome.

Peu après, Hulin publia un ordre prescrivant que « chaque soldat ou fonctionnaire logé chez l’habitant est tenu de partager le repas ordinaire que celui-ci peut fournir d’après son état de fortune ; sous aucun prétexte, on ne doit demander davantage. »

Des incidents ?

Il y en eut, mais, n’en déplaise aux détracteurs habituels de Napoléon, ils ne furent pas le fait des soldats – français - de la Grande Armée.

Les coupables ? Notamment des soldats bavarois et wurtembergeois, qui, langue commune oblige, eussent dû théoriquement faire montre de davantage de considération pour leurs voisins prussiens. Mais ces derniers étaient haïs par le reste de l’Allemagne, et notamment, nous l’avons écrit précédemment, par les Saxons.

À ce sujet, voici ce que le commandant en chef des troupes wurtembergeoises écrivait à son souverain :

« Quoiqu’il me serait bien agréable de faire à Votre Majesté les louanges de son armée, je ne puis lui dissimuler qu’un esprit de sauvagerie tend à se communiquer, principalement dans la cavalerie qui est souvent abandonnée à elle-même. J’ai eu des exemples d’une avidité sans limite qui a eu pour conséquence des excès déplorables et des mauvais traitements commis sur de malheureux paysans sans défense. »

Mais dira-t-on avec les habituelles arrière-pensées bien connues, où sont les preuves de cette bonne conduite des troupes – françaises - d’occupation ?

Entre autres, dans les journaux de l’époque, comme le Berliner Nachrichten, qui, le 12 mars 1807, publiait la nouvelle suivante :

« M. Roussel, officier des grenadiers du 14è régiment de ligne et commandant d’armes de la ville de Brandebourg-sur-l’Havel, rappelé par son souverain, remporte avec lui les regrets des magistrats et de tous les habitants de cette ville pour avoir, par sa sagesse, son amitié, son intégrité et sa justice, su concilier les intérêts de son souverain à ceux deshabitants de cette cité qui n’oublieront jamais les bienfaits de ce brave officier, honorable tant par sa conduite que par son désintéressement. Puisse ce brave homme être aussi heureux dans sa carrière qu’il le mérite ! Leshabitants de Brandebourg apprendront toujours avec joie ce qui lui arrivera d’heureux. »

Nommons aussi, car tous ces témoignages sont importants pour gommer l’image sordide que « l’on » s’acharne à donner des soldats de Napoléon, ce général de Gastine, que les autorités de Landsberg saluèrent de cette manière :

« Landsberg-sur-la-Warthe, le 10 mai 1807

« Plus de cinquante mille Français de la Grande Armée ont passé par cette ville. Nous en avons logé la plus grande partie dans l’enceinte de nos murs. Nos bourgeois, nos habitants se sont prêtés à tous les sacrifices qui ont dépendu d’eux pour recevoir et traiter ces troupes de leur mieux. Elles, de leur côté (nous leur devons cette justice), se sont comportées jusqu’à présent en ennemis généreux et nous n’avons eu que le fardeau inévitable des passages et des logements militaires, sans avoir à nous plaindre d’aucun excès ni d’aucun acte de violence. Parmi ceux qui se sont arrêtés le plus longtemps dans nos murs, nous devons particulièrement faire la mention la plus honorable de M. le général de Gastine, commandant la place par ordre de Sa Majesté l’Empereur et Roi. D’un côté, M. le général de Gastine a rempli ce poste important avec un zèle et une exactitude sans égale ; d’un autre côté, il a traité les habitants de cette ville, sans exception les petits comme les grands, avec une délicatesse qui est l’apanage de celui dont l’esprit et le cœur ont reçu un degré de culture supérieur. Il s’est gagné par là l’amour, la confiance et la vénération de la ville tout entière. Nous ne saurions passer sous silence le rare désintéressement de M. le général de Gastine et la noble générosité avec laquelle il a nourri plus de cent femmes et enfants de soldats prussiens... Nos vœux les plus ardents l’accompagnent. Puisse la Providence le protéger et conserver ses jours au milieu des dangers de la guerre…

« Signé : La municipalité et le corps des bourgeois »

Une foule paisible assiste à l’entrée des Français dans Berlin

Encore plus révélatrice, si besoin en était, cette correspondance adressée, le 18 août 1807, par l’ambassadeur d’Autriche à Berlin, le baron von Binder, à son supérieur, le ministre des Affaires étrangères, le comte Johann Philipp von Stadion :

« Le général Clarke est nommé ministre de la guerre ; il doit être, dit-on, remplacé par le général Victor. Le général Hulin est promu général de division ; on lui destine la place de Paris. Il sera remplacé par le général Saint-Hilaire. Le gouverneur général ainsi que le commandant de la place emportent les sentiments d’estime et de reconnaissance des habitants du pays et de la capitale en particulier. La douceur qu’ils ont apportée à l’exécution des ordres sévères que nécessitait l’état de guerre, la tranquillité parfaite qu’ils ont fait régner, le désintéressement qu’ils ont montré dans toutes les occasions justifient ces sentiments. »

Les rapports de cette nature abondent ; si, là, on dénonce la brutalité d’un officier wurtembergeois, arrêté pour avoir frappé à coups de plat de sabre le maître de la maison où il était logé,; ailleurs, on peut lire dans des Mémoires du temps que « les soldats français se montraient envers les Berlinois bien meilleurs que les Allemands du sud. »

Décidément peu rancunier, Napoléon
fit soigner les blessés prussiens comme
ceux de sa Grande Armée

Ces témoignages des civils prussiens, qui honorent la mémoire de Napoléon et celle de ses soldats, permettent de faire une instructive comparaison avec les manières de l’ex-vaincu de 1806 (entre autres), l’exécrable Blücher, lorsque, en 1814 et 1815, celui-ci entrera en France, escorté des ses tout aussi détestables soudards, avec lesquels les Anglais eux-mêmes, dans leur marche vers Paris, refuseront de frayer.

 

POUR TERMINER CETTE ÉVOCATION

 

Qu’ajouter en matière de conclusion ?

Que Napoléon, bien que provoqué, a tout fait pour que cette guerre n’ait pas lieu – « L’Empereur désire véritablement ne pas tirer un coup de fusils contre la Prusse ; il regardera cet événement comme un malheur », avait écrit Talleyrand à l’ambassadeur de France à Berlin – et, après l’affaire de Saalfeld, il avait encore, alors que rien ne l’y obligeait, pris sur lui d’écrire à Frédéric-Guillaume pour le supplier une dernière fois de mettre un terme aux hostilités. Il était temps encore.

On a vu ce qu’il advint.

On a vu également comment Napoléon traita le vaincu : avec modération et humanité, et cela en dépit de la découverte, dans le château de Charlottenbourg, précipitamment abandonné par la reine Louise, de documents compromettants – entre autres, des instructions à l’ambassadeur de Prusse (dont le pays était théoriquement en bonne intelligence avec la France) à Madrid pour qu’il incitât l’Espagne à entrer dans la coalition.

Pourquoi ces comportements – nobles, dans l’acception la plus stricte du vocable – de Napoléon ne sont-ils jamais mentionnés ?

Pourquoi, sans relâche, le laisser se faire traîner dans la boue, y compris, et surtout, dans ce pays, la France, qui lui doit tant ?

Où sont alors, et que font – réellement, s’entend - pour défendre sa mémoire ceux qui ont été investis en France de cette mission (et généreusement dotés pour ce faire) ?

Pourquoi offrir autant de « publicité » à ceux qui crachent sur sa mémoire, parce qu’il a commis des erreurs ? Qui, investi de responsabilités aussi gigantesques au milieu de tant d’adversité, n’en eût pas commis ? J’ai déjà écrit cette phrase sur le site de la Société Napoléonienne Internationale.

Mais la (mauvaise) cause est entendue depuis longtemps : Napoléon a mis l’Europe à feu et à sang pour étancher sa soif inextinguible d’ambition et de conquêtes.

Ainsi, dans un article publié le 3 août dernier sur le site d’une agence de presse étrangère en langue française, l’auteur qualifiait l’Empereur de « boucher de l’Europe » ; dans l’un de ces fascicules à prétentions historiques, évoqués plus haut (il s’agit des fascicules des éditions – anglaises, comme il convient – Osprey), l’auteur écrit, comme cela a été mentionné précédemment, que Napoléon « a attaqué la Prusse » ; dans un autre, que « la Gestapo n’eut rien à apprendre à ses agents ». Sous-entendu : Napoléon et sa Grande Armée furent ses modèles, etc. etc. Il faut oser, mais que peut-on attendre de fascicules écrits par des Anglais sur les guerres forcément « napoléoniennes » ?

Ce insultes constituent un moyen commode, efficace - et sans danger, puisque personne ne réagit - pour les Anglais de faire oublier qu’ils sont, eux, les inventeurs des sinistres pontons à bord desquels ils firent croupir dans des conditions effroyables, jusqu’à ce que mort s’ensuive, des milliers de soldats de Napoléon prisonniers, et, plus près de nous, des camps de concentration d’affreuse mémoire, en la personne, non de l’Empereur, n’en déplaise à beaucoup, mais de Lord Kitchener. Cela se passait en Afrique du Sud, au début du 20è siècle, lors de la guerre des Boers.

Que l’on permette ici à l’auteur une réflexion personnelle, sans doute brutale, mais justifiée, car il est révoltant de voir comment est traité, en France notamment, l’homme réellement admirable et digne de respect qu’est Napoléon.

À la lecture des quelques correspondances de l’Empereur que nous avons reproduites plus haut, il faut être animé de la mauvaise foi viscérale des royalistes français, ces ratés de la gloire qui préférèrent clabauder dans leurs boudoirs du faubourg Saint-Germain, et frissonner aux « exploits » du chef d’une bande de coupe-jarrets, ce comte d’Artois, futur Charles X, conspirateur lâche, calfeutré en Angleterre, plutôt que de servir l’homme qui tira la France de son bourbier postrévolutionnaire ; il faut avoir la rancune indélébile des représentants des monarchies étrangères de ce temps, souvent vaincues après avoir provoqué les guerres, et de la plus cupide, de la plus méprisable – ne nous cachons pas derrière des formules contournées - d’entre elles, la monarchie anglaise ; il faut avoir la hargne mercantile chevillée à la plume de ces pamphlétaires aigris (ils se reconnaîtront) qui manient l’injure comme l’un des beaux-arts dans le seul but – jamais avoué – de vendre du papier, pour oser avancer que Napoléon s’épanouissait dans le carnaval sanglant des champs de bataille.

Par un crapuleux tour de passe-passe, l’Angleterre, chef de file et bailleur de fonds de ces monarques vindicatifs et arrogants, est parvenue à faire retomber sur le seul Napoléon la responsabilité des flots de sang qui, de 1805 à 1815, inondèrent l’Europe.

Il est donc patent que l’histoire napoléonienne, telle qu’elle est enseignée et racontée, n’est qu’une gigantesque et monstrueuse escroquerie qui, du fait de l’inertie, pour ne pas dire de la complicité, coupable de certains spécialistes ou supposés tels, se perpétue depuis (trop) longtemps.

Les fondements de cette pseudo histoire napoléonienne reposent, en fait, sur la vision (!) qu’en ont donnée, depuis 1815 et la défaite de Napoléon à Waterloo, d’abord, les Anglais, soucieux de faire oublier toutes les vilénies dont ils se rendirent coupables pendant, schématiquement, les quinze années allant du Consulat jusqu’à l’écroulement de l’Empire, puis, par

 

les détestables royalistes français, désireux, eux, de faire oublier que, pendant ces années de grandeur, ils n’ont jamais cessé de pactiser avec les ennemis de Napoléon – et ils ne manquaient pas ! – ce qui, en des temps plus récents, reçut en France le nom de « collaboration ».

L’allégresse proprement indécente des royalistes hardiment réfugiés à Gand, en Belgique, pendant les Cent-Jours – la défaite française de Waterloo y fut fêtée par un grand banquet, présidé, comme il se doit, par Louis XVIII - en est l’ultime et la plus éloquente, en même temps que la plus sordide, manifestation.

Dans pareil contexte de malhonnêteté, il se conçoit aisément que toute action de l’Empereur, dans quelque domaine que ce soit, lui soit systématiquement imputée à crime.

Cependant, il faudra bien qu’un jour « on » - mais qui aura le courage d’être ce « on » ? - ait enfin le minimum indispensable de décence et d’honnêteté pour rétablir la vérité, et faire en sorte que cet homme prodigieux ne soit plus traité dans nos ouvrages scolaires de « dictateur », ou de « boucher de l’Europe », et que notre époque, si attachée - en paroles - à cette « personne humaine » qu’elle respecte pourtant si peu, se souvienne que c’est Napoléon, et personne d’autre, qui a écrit cette belle phrase que je cite souvent parce qu’elle le définit si bien :

« IL N'Y A PLUS D'ENNEMIS APRÈS LA VICTOIRE,
MAIS SEULEMENT DES HOMMES. »

Après ce mouvement de colère pleinement justifié, j'ai voulu terminer par ces vers du poète - russe ! - Mikhail Lermontov (1814-1841), car ils sont, à la fois, une condamnation sans appel de nous, Français, qui ne cessons de ramper devant les ennemis de Napoléon, et un hommge émouvant rendu à la mémoire de l'Empereur au moment de la restitution de son corps à la France :

Lors des derniers combats, des coups désespérés,

Tout à votre épouvante, et sans voir sa blessure,

Vous, ainsi qu’une femme, alors l’avez trahi,

Tels des esclaves vous l’avez vendu !

Privé des droits, privés du rang de citoyen,

Lui-même, étant vaincu, déposa sa couronne

Et vous laissa pour gage un fils qu’il chérissait.

Ce fils, vous le livrez aux ennemis !

Puis chargeant le héros de chaînes infamantes,

Vous l’avez séparé de ses hommes en pleurs,

Et par-delà les mers, sur un roc étranger,

Oublié de tous, il mourut, seul.

(« La dernière demeure »)

 

 

 

 

AJOUTER UN COMMENTAIRE...