En février 1799 l’essentiel de la conquête de l’Égypte est achevé, il s’agit maintenant d’organiser le pays. Le général Desaix, commandant les troupes françaises dans la Haute-Égypte, la divise en trois provinces : Belliard gouverne celle de Thèbes, Morand celle de Girgeh et Davout celle de Siout.

Dans cet ouvrage, fruit du déchiffrement de plus de trois cents lettres échangées sur six mois, on peut reconstituer la vie de Morand qui non content de recruter des troupes, créer des industries, lever des impôts (après avoir fait un recensement des surfaces cultivables et des ressources des villages), se trouve obligé dans un premier temps de réprimer des villages en rébellion puis de poursuivre les mamelucks et les arabes venant piller. Ces opérations militaires sont appuyées par Lasalle.

En mai, la situation devenue calme, la France s’établit sur la mer Rouge à Kosseir : Morand soutient par des envois d’argent et de matériaux Belliard et son adjoint Donzelot.

Mourad bey, fin juin, sort des oasis et Desaix essaie de l’empêcher de descendre vers le delta et de le renvoyer vers Assouan. La nuit du 11 au 12 août c’est Morand qui encerclera sa smalah à Samanhout, provoquera des pertes importantes en mameluks et saisira des armes et un butin précieux : ce sera la fin de la puissance de Mourad bey.

Fin août, Morand est rappelé au Caire, laissant sa place à Ravier.

 

Librairie La Vouivre

11, rue Saint Martin – 75004 Paris

51 €