Dents de Waterloo

par Xavier Riaud(*), FINS

 

« Pendant des siècles, il était normal de prélever les dents des soldats sur le champ de bataille. Les temps de guerre ont donc fourni une grosse quantité de ce qui fut connu sous le nom de « Dents de Waterloo ». Comme les soldats décédés étaient jeunes, ces dents étaient généralement d'une qualité légèrement supérieure à celle des dents humaines du circuit habituel (Craft, 2009). »

Ainsi, l es dents des 50 000 soldats, morts sur le champ de bataille de Waterloo, le 18 juin 1815, ont été arrachées et utilisées pour la fabrication de dentiers connus sous le nom de « Dents de Waterloo ». Les dents humaines ont été utilisées jusqu’à l’année 1860, et remplacées ultérieurement par des dents en porcelaine (FDI, sans date). Ceci avait été déjà réalisé sur les soldats de la Guerre d’Indépendance américaine (1775-1783). Ces dents ainsi récupérées ont restauré la bouche de nombreux anglais sous la Régence et encore bien après (Woodforde, 1968 ; Genet & Ruggiu, 2007).

Claudius Ash (1792-1854), fabricant dentaire, installé à Westminster, est issu d’une famille largement impliquée dans l’art dentaire, puisque son père était déjà orfèvre travaillant l’or et l’argent à des fins dentaires. Jusqu’en 1820, les dents des soldats morts sont extraites de leurs bouches et ont contribué à la confection d’appareils dentaires. A partir de 1820, Ash utilise un matériau plus noble : la porcelaine (Woodforde, 1968).

Références bibliographiques  :

Craft Naomi, Le petit livre des grandes découvertes médicales, Dunod (éd.), Paris, 2009, p. 35.

Fédération Dentaire Internationale (FDI), sans date.

Genet Jean-Philippe & Ruggiu François-Joseph, Les idées passent-elles la Manche ?, Presses de l’Université Paris Sorbonne, 2007.

Woodforde J., The strange story of false teeth, Routledge & Kegan Paul (ed.), Londres, 1968.

 

(*) Docteur en Chirurgie Dentaire, Docteur en Epistémologie, Histoire des Sciences et des Techniques, Lauréat et membre associé national de l’Académie nationale de chirurgie dentaire.

 

Retour à la rubrique

LA MÉDECINE SOUS L'EMPIRE