Le septième congrès napoléonien International s’est tenu au Musée des Beaux Arts de Montréal,
au Canada du 8 au 12 juin 2009

Il a accueilli des historiens et des chercheurs venus du monde entier

(Traduit par Danielle Juliard-Sanitas, FINS)

 

Voici le programme du congrès de Montréal

 


 

Le Musée des Beaux Arts de Montréal, l'hôte du congrès napoléonien


Cette année, pour la première fois, la SNI a opté pour l’Amérique du Nord ce qui explique le nombre considérable de participants canadiens. Des congressistes des États-Unis, de France, de Géorgie, de Tchécoslovaquie et de Grèce sont également venus exposer leurs dernières recherches ayant fait l’objet de publications.

Mark Billings, Dennis Pots, John Fournier, Susan et Ron Conner, Barbara Markham, Ewa Fournier,
Angela et Bill Nester, la Comtesse Élaine Bédard et le Comte Alexandre Bothuri Bàthory,
Monique et Jean Defranceschi, Président David Markham, Ruth Godfrey,
Jack Sigler et Peter Friedman réunis dimanche soir au restaurant le Garçon.


La présentation des conférences est au cœur de tout congrès académique, mais le congrès est aussi une occasion de rassembler, dans une ambiance amicale autour d’un verre ou d’un bon repas, tous ceux qui partagent les mêmes objectifs.

Le lundi 8 juin, le programme a débuté par une cérémonie d’ouverture. Le 3e régiment canadien d’infanterie de Ligne a participé à l’inauguration et aux cinq jours du congrès ajoutant à l’événement un intérêt particulier.

M. David Markham, le président de la SNI a prononcé son allocution de bienvenue.

Il a remis à Mme. Huguette Weider, la veuve de notre regretté fondateur, la médaille de la Légion du Mérite, à titre posthume, pour les longues années de dévouement et de sacrifice consacrées à la mémoire de l’Empereur.

La directrice des communications du Musée, Mme. Danielle Champagne, le président du Conseil de la Mairie de Montréal, M. Marcel Parent, le Sénateur Serge Joyal, grand ami de M. Weider et M. Billings du Souvenir Napoléonien ont prononcé chacun un discours de bienvenue. La cérémonie s’est terminée par une déclaration très émouvante de Mme. Weider en français, anglais et espagnol.

David Markham, Sénateur Serge Joyal, Huguette Weider et Danielle Champagne à la cérémonie d'ouverture


Président Markham remet à Huguette Weider, à titre posthume la médaille de la Légion du Mérite à son regretté épous Ben Weider, le fondateur de la Société Napoléonienne Internationale.


Les memebres de la Brigade Napoléonienne avec le Colonel Peter Friedman (au centre)

 

Ivan Menteshashvili de Géorgie a ouvert la première session, qui traitait les différents aspects de la Pologne durant la période napoléonienne.

Les conférenciers étaient : Benoît Roger (de France), John Stanley (du Canada) et David Stefancic (des États Unis).

La deuxième session ouverte par John Stanley, a présenté un groupe éclectique d'intervenants de la France, du Canada et des États-Unis.

Un intérêt particulier est porté au Canadien Chris Franke qui, en grand uniforme, a présenté ses recherches concernant un officier Napoléonien.

Au nom de la République Française, l'Ambassadeur Delattre remet au Président Markham
la Médaille d’or du Rayonnement Culturel.


Huguette Weider avec le compositeur américain Sean Richarz


La comédie musicale Josephine & Napoléon
(jouée par Aka Mo Mershon et Craig Schell) durant le cocktail.

 

Sean Richarz (des États Unis), a composé une musique sur Napoléon et en a donné un aperçu fascinant.

Peter Friedman, lui aussi vêtu d’un uniforme de l’époque, a donné une conférence sur Marie Walewska.

Lundi soir, le Musée a offert une mémorable réception dans le salon des miroirs, de style Empire. Son Excellence l’honorable Ambassadeur de France au Canada, François Delattre a décerné la médaille d’or du Rayonnement Culturel à David Markham, le président de la SNI pour ses contributions durant un quart de siècle à promouvoir l’histoire et la culture française. La Renaissance Française qui sélectionne les récipiendaires de la médaille, est un organisme français sous le patronage du Président de la République Française, les ministères des affaires étrangères, de l’intérieur, de la défense et de l’éducation nationale.

Président David Markham discutant avec son Excellence l'Ambassador de France, François Delattre et Jacques Duchesneau, C.M., Président et chef de direction de l'Administration canadienne de la sûreté du transport aérien.

 

Le président Markham a ensuite remis l’aigle de la SNI et le certificat de membre d’honneur aux bénéficiaires suivants : Comte Alexandre de Bothuri Bàthory, William Nester; Edna Mueller; Joan Blythe; Tara Luke; Peter Friedman; David Stefancic; Benoît Roger; et Maureen MacLeod pour leur contribution à la promotion de l’histoire napoléonienne.

Le cocktail s’est achevé par quelques extraits de la composition musicale de Sean Richarz, chantée par Mo Mershon and Craig Schell sur Napoléon et les Cent-Jours. La comédie musicale débutera en juillet 2010 à Seattle, aux États-Unis.

Une fois le programme terminé, un grand nombre de participants a prolongé la soirée en se rendant dans l’un des plus beaux restaurants français de Montréal, Le Pois Penché.

Mardi est un jour plein d'excellentes présentations de chercheurs canadiens et américains. On a pu découvrir un document présenté in abstentia par Thomas Zacharis de Grèce.

Et une première à la SNI! Une interview sur Skype avec le Comte François de Candé Montholon, de la France.

L’américaine Susan Conner, a relaté l’histoire des femmes dans l’armée napoléonienne.

Rowayda Guirguis, l'adjointe au président de la SNI, a rappelé le séjour de Napoléon en Égypte et les conséquences positives qui en ont découlées.

Après une longue journée, où aller, si ce n’est à la vieille ville ? Nombre de participants sont allés admirer le spectacle de son et lumière à la Basilique Notre-Dame. Pour fêter et terminer cette journée, ils ont dîné dans le meilleur restaurant de Montréal : Bonaparte !

Les organisateurs du Congrès ont choisi cette année la ville de Montréal pour faire découvrir aux participants et aux invités, venus de partout, l'impressionnante collection napoléonienne que Ben Weider avait léguée au Musée des Beaux-Arts de Montréal.

Edna Mueller contemple les galeries napoléoniennes


Craig Schell au Musée napoléon Ben Weider

 

le programme de mercredi était axé sur le style Empire et bien entendu, sur le considérable héritage de Ben. Les trois premières interventions ont été consacrées à divers aspects du sujet.

Ike Hay, émérite chercheur américain dans l'histoire de l'art a discuté du style Empire, tandis que Marian Hochel de la République tchèque a examiné les questions de propagande et de culte. Le Comte Alexandre de Bothuri Bathory des États-Unis a ensuite présenté de nombreuses pièces d’un service ayant appartenu à l’Archichancelier Cambacérès. Cette magnifique collection était exposée dans une vitrine à l'entrée de l'auditorium durant toute la semaine du Congrès.

 

Service ayant appartenu à l’Archichancelier Cambacérès

 

Après la pause, nous avons entendu un excellent exposé sur les femmes françaises et la religion par Maureen MacLeod, étudiante de la FSU (The Florida State University), et un remarquable récit par l’américain William Nester sur la question, souvent ignorée, de Napoléon et la diplomatie.

 

Puis le Président Markham a présenté le Dr. John Fournier, de Chicago, qui a donné une conférence à la mémoire de Ben Weider et ses contributions significatives à la compréhension de la vérité sur la façon dont Napoléon est mort (vous pourrez visualiser cette conférence qui sera placée très prochainement sur le site). Cela reste un moment émouvant, suivi dans l'après-midi par une visite guidée des galeries napoléoniennes de la collection Weider.

 

John Fournier donnant une conférence à la mémoire de Ben Weider

 

 

 

Huguette Weider nous a fait partager ses nombreux souvenirs avec Ben, racontant comment il avait acquis telle ou telle pièce pour réunir cette collection.

Ce périple terminé, la SNI et Orex Explorations (Mark Billings, président) ont organisé un cocktail en l'honneur de Ben Weider, au Salon des Amis du musée. Une belle carte de vins a couronné cette merveilleuse soirée.

La séance de jeudi matin, la seule de la journée, s'est concentrée sur l'impact de Napoléon en Amérique du Nord.

Le Canadien John Donaldson a décliné la fascinante relation entre Napoléon et l'explorateur Sir Alexander Mackenzie.

David Markham a raconté l'histoire de l'achat de la Louisiane et Tara Luke, étudiante à la FSU a examiné le statut de Napoléon promu par la Nouvelle-Angleterre comme un des prédicateurs de l'époque.

La session était unique en son genre. Du jamais vue dans les conférences historiques:

L’américain Nathan Jensen a disserté sur des représentations graphiques afin de refléter la réalité des campagnes militaires en utilisant diverses techniques de cartographie.

Puis la canadienne Edna Mueller a montré les incroyables façons d'utiliser Google Earth pour nous mettre exactement dans la place d'un commandant et de voir exactement ce qu'il a pu voir. Ces deux communications ont montré clairement que la recherche historique a été le déplacement vers de nouveaux et passionnants domaines.

Après une après-midi consacrée à des visites, du shopping ou du repos, les participants au Congrès ont été conviés au Trinity Restaurant pour un cocktail et dîner de gala d'adieu organisé par la SNI. Cet excellent restaurant grec a ajouté une saveur universelle à ce congrès international. Le Président Markham a présenté ses remerciements bien mérités à Rowayda Guirguis en lui offrant l'aigle napoléonien de la société.

Peu de gens ont eu autant d'impact sur la littérature et la culture que Napoléon. La session du vendredi a été consacrée à cette relation. Les deux américains Joan Blythe et John Clubbe, éminents universitaires dans ce domaine, ont narré respectivement les intéressants récits de Napoléon et de Cromwell à Chateaubriand et Hugo, et de Napoléon et Beethoven.

Enfin, Ivane Menteshashvili de la Géorgie, qui a ouvert le congrès en tant que président de la première session, clos celui ci en donnant une conférence sur Napoléon et l'ode du Lord Byron.

 

En définitive, ce Congrès a été une grande réussite.

 

Mais ces choses ne sont pas le fruit du hasard! Nous remercions avec infiniment de reconnaissance Son Excellence l'Ambassadeur Delattre, la ville de Montréal, le Musée des Beaux-Arts, la famille Weider, le sénateur Serge Joyal, ainsi que Mark Billings pour leurs participations sans lesquelles ce congrès n’aurait pas rencontré le succès qu’il a connu.

Et, bien sûr, les remerciements s'adressent particulièrement à deux femmes qui étaient essentielles pour tout: l'assistante du président, Rowayda Guirguis, et l'épouse du président, Barbara Markham.