UN LIVRE, UNE COUVERTURE…

 

 

Le premier contact avec un livre se joue lors de la découverte de sa couverture. Combien d’illustrations fades, sans aucune originalité, déjà connues parfois, ne nous interpellent pas dans les rayons de nos libraires, nous laisssant poursuivre notre quête du livre attendu…


Dernièrement, notre livre « Batailles de Napoléon dans le sud-ouest » édité en 2002 étant épuisé, nous décidons avec notre éditeur Atlantica de le ré-éditer, être absent des rayons alors que nous commémorons le bicentenaire des évènements relatés dans cet ouvrage nous semblant impossible !


La nouvelle édition est augmentée de nouvelles illustrations, de nouvelles pièces découvertes en fouille sont présentées, les cartes sont améliorées et une étude sur les colonels ayant œuvré dans le sud-ouest est ajoutée. L’éditeur ayant modifié les maquettes de sa collection, le format de l’illustration d’origine nous pose problème… Qu’à cela ne tienne, Lionel Labeyrie, notre ami peintre, nous propose de réaliser une nouvelle gouache, plus « animée » que le fantassin anglais du 93ème représenté dans la premère édition de 2002.


Commence alors un passionnant travail de collaboration entre le peintre et nous, pour finalement voir arriver les premières ébauches représentant un bivouac en sous-bois. Des soldats français prennent déjà un frugal repas, tandis qu’un officier rentre de quelque mission… On l’accueille, donnant à boire à sa monture alors qu’il livre les dernières informations du front.

 

Esquisse crayonnée.


Cette première ébauche est des plus prometteuses ; il suffit de rajouter un shako à l’officier à cheval arrivant de mission, tandis que le fusil porté par l’officier du premier rang est de trop…  Lionel peut donc attaquer les travaux de peinture.

Première ébauche de peinture.


          Les échanges se poursuivent, et, quelques dizaines d’échanges téléphoniques plus tard, le sabre de l’officier type 1800 est mis au point, le shako modèle 1810 n’a plus de secret pour Lionel, tandis que tenue de campagne et grande tenue peuvent cohabiter. On décide alors de représenter La Rhune en fond, la mythique montagne basque témoin de ces lointains combats…


Il faut maintenant rentrer dans le moindre détail… Lionel, qui est Peintre de l’Air, est habitué à fouiller toute documentation lui garantissant de peindre juste, à coup sûr, respectant scrupuleusement la vérité historique… Ici, bien qu’il ait déjà une bonne connaissance de la période napoléonienne et de ses uniformes, il nous sollicite pour répondre à ses nombreuses questions : plaque de shako, hausse-col, épaulettes, boucles de ceinturon, fusil, sabre, tout y passe… pour finalement arriver à une illustration des plus réalistes, et extrêmement vivante.


Reste à vérifier le cromalin, la mise en page et enfin donner le bon à tirer à l’éditeur ! Lionel, habitué à ces exercices dans sa vie de Peintre de l’Air, se charge de cet exercice, pour arriver à une couverture qui, j’en suis persuadé, ne laissera pas le lecteur de passage poursuivre sa route sans s’arrêter et feuilleter l’ouvrage… Merci Lionel, cette naissance est pour moi, piètre dessinateur, tout simplement magique !

On y est presque ! Restent quelques détails…


La peinture dans sa version finale.

 



 

   Pierre MIGLIORINI, FINS