Retour sur le champ de bataille de Dresde …
Antoine et Barthélémy Bacheville

Antoine et Barthélémy Bacheville, de l’ex-Garde Impériale, en fuite, afin d’échapper aux poursuites judiciaires du pouvoir royal, sont de passage en Saxe. Nous sommes dans la première quinzaine d’août 1816. Ajoutons enfin qu’en 1813, Barthélémy Bacheville (Trévoux (Ain) 1784-Montpellier(Hérault) 1833) était lieutenant en 2ème au 2ème régiment de grenadiers (Vieille Garde) depuis le 8 avril.

« Le lendemain nous visitâmes le champ de bataille de Dresde, que mon frère [Antoine] ne connaissait pas. Je lui expliquai le mieux qu’il me fut possible les belles manœuvres que l’Empereur nous fit exécuter en présence d’un ennemi quatre fois plus nombreux que nous, et je lui rappelai un des plus beaux exploits de cette jeune Garde dont il fit partie en 1815. Ici, lui dis-je, le duc de Trévise [Maréchal Mortier] déboucha sur notre gauche en remontant le bord de l’Elbe. Là, le maréchal Ney, à la tête de la division Barrois, culbuta tout  ce qui s’opposa à son passage ; c’est dans cette plaine que l’intrépide roi de Naples [maréchal Murat] fit ces belles charges de cavalerie qui rendirent la bataille si décisive. C’est de cette hauteur que partit le boulet qui punit le transfuge Moreau… Ne troublons pont la cendre des morts, me dit mon frère, mais puisse l’exemple de son juste châtiment servir d’épouvante, à tous ceux qui seraient tentés de l’imiter !

Au reste, le jugement que je portai alors sur ce malheureux général a été confirmé depuis par le conseil municipal de Morlaix, sa ville natale. Ceux qui l’ont vu naître et qui l’ont admiré lorsqu’il commandait nos phalanges républicaines, ont refusé le buste d’un guerrier qui souilla sa vieille gloire en combattant dans les rangs ennemis.

(Capitaine Barthélémy Bacheville, « Itinéraires d’un officier de la Garde. Présentation et notes par Laurent Nagy », Cahors, La Louve Editions, 2013, pp.132-133).

 

Christophe Bourachot, FINS

 

 

 

RÉAGISSEZ...