Le capitaine Nicolas-Louis Planat de la Faye
(1784-1864), un officier dans la Grande-Armée…


Simple soldat au 8ème bataillon bis du train d’artillerie, Planat est nommé l’année suivante successivement fourrier puis maréchal des logis. En 1808, il est nommé maréchal des logis chef à ce même régiment. En 1809, il devient sous-lieutenant adjoint à l’Inspection générale du train d’Artillerie à la Grande-Armée. Trois ans plus tard, Planat est nommé lieutenant et aide-de-camp du général Lariboisière, occupant alors les fonctions de 1er inspecteur général d’artillerie. En 1813,  il est désigné pour être aide-de-camp du général Drouot ; en octobre de la même année, il est nommé capitaine. Blessé grièvement au combat de Château-Thierry, le 12 février 1814, il ne peut suivre l’Empereur à l’île d’Elbe. En novembre 1814, il est affecté comme capitaine au 1er escadron du train d’Artillerie. Le mois suivant il est nommé aide-de-camp du général Evain.  Fin avril 1815, il est désigné par l’Empereur pour être un de ses officiers d’ordonnance. Planat était en mission à Toulouse quand la nouvelle du désastre de Waterloo lui parvint. Il se précipite à Paris. Napoléon voulut l’emmener avec lui à Sainte-Hélène, mais absent au moment de l’embarquement, c’est le général Gourgaud qui est désigné à sa place. Après le départ de l’Empereur, Planat est expédié à l’île de Malte comme prisonnier de guerre. A sa libération, il s’efforça de rejoindre l’illustre prisonnier. Il obtiendra enfin l’autorisation nécessaire trop tard : Napoléon venait de s’éteindre… L’Empereur, dans son testament lui lègue quarante mille francs. Considéré comme démissionnaire, Planat est rayé des contrôles de l’armée le 3 juillet 1815. Il devint le secrétaire de Jérôme Bonaparte puis celui d’Eugène de Beauharnais. Il avait participé aux campagnes de Prusse, de Pologne, d’Allemagne : à celles de Russie, de Saxe et de France. Chevalier de la Légion d’Honneur le 21 juin 1813 il nommé officier du même ordre le 15 mars 1814.  Planat, fut autorisé, en 1860, à ajouter à son nom celui de « de la Faye ».


Retour sur le champ de bataille de Dresde …
Antoine et Barthélémy Bacheville

Antoine et Barthélémy Bacheville, de l’ex-Garde Impériale, en fuite, afin d’échapper aux poursuites judiciaires du pouvoir royal, sont de passage en Saxe. Nous sommes dans la première quinzaine d’août 1816. Ajoutons enfin qu’en 1813, Barthélémy Bacheville (Trévoux (Ain) 1784-Montpellier(Hérault) 1833) était lieutenant en 2ème au 2ème régiment de grenadiers (Vieille Garde) depuis le 8 avril.

« Le lendemain nous visitâmes le champ de bataille de Dresde, que mon frère [Antoine] ne connaissait pas. Je lui expliquai le mieux qu’il me fut possible les belles manœuvres que l’Empereur nous fit exécuter en présence d’un ennemi quatre fois plus nombreux que nous, et je lui rappelai un des plus beaux exploits de cette jeune Garde dont il fit partie en 1815. Ici, lui dis-je, le duc de Trévise [Maréchal Mortier] déboucha sur notre gauche en remontant le bord de l’Elbe. Là, le maréchal Ney, à la tête de la division Barrois, culbuta tout  ce qui s’opposa à son passage ; c’est dans cette plaine que l’intrépide roi de Naples [maréchal Murat] fit ces belles charges de cavalerie qui rendirent la bataille si décisive. C’est de cette hauteur que partit le boulet qui punit le transfuge Moreau… Ne troublons pont la cendre des morts, me dit mon frère, mais puisse l’exemple de son juste châtiment servir d’épouvante, à tous ceux qui seraient tentés de l’imiter !

Au reste, le jugement que je portai alors sur ce malheureux général a été confirmé depuis par le conseil municipal de Morlaix, sa ville natale. Ceux qui l’ont vu naître et qui l’ont admiré lorsqu’il commandait nos phalanges républicaines, ont refusé le buste d’un guerrier qui souilla sa vieille gloire en combattant dans les rangs ennemis.

(Capitaine Barthélémy Bacheville, « Itinéraires d’un officier de la Garde. Présentation et notes par Laurent Nagy », Cahors, La Louve Editions, 2013, pp.132-133).

 

Christophe Bourachot, FINS

 

 

 

RÉAGISSEZ...