Share  

Malgré ses détracteurs, la thèse de l'empoisonnement criminel

de Napoléon fait son chemin

 

            Dans le supplément « Télévision » des grands quotidiens Le Figaro et Ouest France (semaine du 12 au 19 janvier) à la rubrique « Forum », un lecteur du journal évoque la série « Napoléon » de France 2. Après avoir émis quelques critiques sur le film, il écrit ceci :

« …Lorsque l’Empereur meurt à Sainte-Hélène, il ne décède pas sur un lit dans une pièce anodine, mais au milieu d’une salle d’opération de l’époque dotée de médicaments douteux, et entouré des siens et de quelques Anglais. Car Napoléon est bel et bien mort empoisonné. Mais pour l’Histoire cela risquait de faire désordre : alors on a opté pour une mort naturelle dans une pièce isolée. »

 

Réponse du magazine :

« Merci de ces précisions et rappelons que le Napoléon, diffusé sur France 2, est avant tout une fiction. Quant à la thèse de l’empoisonnement, et sans vouloir entamer de polémique, une récente étude scientifique, commanditée par la revue Science et Vie, élimine cette hypothèse et conclut à une mort naturelle des suites d’une maladie. La présence d’arsenic dans les cheveux de l’Empereur résulterait d’une méthode de conservation de son corps. »

 

 

Voici la mise au point que Jean-Claude Damamme, représentant pour la France de l’International Napoleonic Society, a adressée au magazine en le priant de bien vouloir l’insérer dans un prochain numéro :

 

TV MAGAZINE

Rubrique « Forum »

66, avenue Marceau

75008 PARIS

Le 28 janvier 2003

 

Jean-Claude Damamme, FINS

représentant pour la France de la SNI

 

Monsieur le Rédacteur en Chef,

J’ai pris connaissance, dans votre numéro du 12-19 janvier du courrier de l’un de vos lecteurs, M. Fabrice, de Darmilly, consacré, entre autres, à l’empoisonnement de Napoléon, et de la réponse que vous lui avez faite.

En ma qualité de représentant pour la France de l’International Napoleonic Society, qui soutient cette thèse, je souhaite faire un bref commentaire : sans entamer une polémique, j’appelle votre attention sur le fait que, quelque publicité que le magazine Science & Vie ait donnée aux analyses qu’il a fait faire, elles ne sauraient infirmer ipso facto les résultats de celles qui ont été effectuées en 2001 par l’Université Louis-Pasteur de Strasbourg, leader reconnu dans le domaine de l’analyse toxicologique des cheveux. C’est précisément pourquoi le président de la Société, le Canadien Ben Weider, lui a confié cinq mèches de cheveux – toutes parfaitement identifiées – de Napoléon. Les résultats ont fait apparaître de très importantes doses d’arsenic véhiculé dans les cheveux par le flux sanguin et non par contamination externe.

 

Affirmer péremptoirement, comme le fait Science & Vie, le contraire et produire, à l’appui de cette affirmation, des arguments « d’historiens », mais irrecevables car ils attribuent la présence d’arsenic dans les cheveux de Napoléon à la « fumée d’un poêle » ou à la « colle du papier peint » – tous deux à la nocivité « sélective » puisque l’Empereur fut seul intoxiqué – ne suffit pas pour qu’il puisse se poser en seul détenteur de la vérité.

 

Pour la petite histoire, je dirai que ces analyses vont, précisément, trop bien dans le sens de la thèse « officielle » – le cancer de l’estomac – évoquée avec beaucoup de pertinence par votre lecteur, et défendue avec acharnement et mauvaise foi par les historiens napoléoniens, pour qu’elles puissent être acceptées sans réserve.

 

En vous remerciant d’avoir l’amabilité d’insérer cette mise au point dans un prochain numéro de TV Magazine, je vous prie, Monsieur le Rédacteur en Chef, d’agréer l’expression de mes sentiments les plus distingués.

 

Cette mise au point a été publiée dans le supplément "Télévision" des deux quotidiens dans le numéro couvrant la semaine du 2 au 9 mars (page 51).

 

voir aussi :

Pourquoi il ne "faut pas" que Napoléon ait été empoisonné - par Jean-Claude Damamme, FINS

Forces et Faiblesses du Napoléon de France 2 - par Jean-Claude Damamme, FINS

Napoléon at-il été empoisonné ?

 

RÉAGISSEZ À L'ARTICLE...

 

 

 

Retour à la rubrique

EMPOISONNEMENT DE NAPOLÉON